3 idées d’itinéraires à Madagascar en 10 jours

3 idées d’itinéraires à Madagascar en 10 jours

Madagascar est une île d’aventures aux charmes africains et aux accents asiatiques, ce qui fait sans doute d’elle la seule terre à la culture afro-asiatique de cette planète. Cette île à la faune incroyable, aux couleurs éblouissantes, aux forêts intrigantes et au littoral stupéfiant, a été malmenée au cours des années par des événements climatiques et naturels aussi difficiles que dramatiques, ainsi qu’une politique instable, faisant d’elle l’un des pays les plus pauvres au monde. Voyager à Madagascar permet alors de contribuer à développer le tourisme et donc à aider sa population… Mais avant tout voyage à Madagascar, il est important de bien prendre conscience que la taille de l’île et l’état de ses routes (pistes ?) ne permettent pas de tout voir en 10 jours. Sans doute parce qu’à côté de l’Afrique, sur une carte, Madagascar semble être une île de petite taille, il est important de préciser qu’elle est en réalité l’une des 5 plus grandes du monde.
Cher voyageur, nous te proposons, à travers cet article, 3 itinéraires à Madagascar en 10 jours, parmi la multitude de possibilités existant sur l’île. Evidemment, on ne le redira jamais assez, 10 jours, c’est somme tout assez peu pour bien appréhender un nouveau pays et une nouvelle culture, alors si tu as 2 mois devant toi, surtout n’hésite pas !

Madagascar incontournable

Des « incontournables » à Madagascar, il y en a. Il y en a même beaucoup. Encore une fois, il serait impossible de concentrer la visite de tous ces « incontournables » en un seul voyage de 10 jours. Nous avons alors décidé de nous axer sur la partie sud de l’île, d’Antananarivo à Ifaty. Cette partie sud offre une très grande variété de paysages et permet de se familiariser en douceur à la culture malgache. L’itinéraire passe notamment par la célèbre RN 7, qui est l’axe le plus emprunté, mais également celui qui fut et qui est toujours vital pour l’économie et le développement du pays.
Le départ de cet itinéraire se fait d’Antananarivo (A). Les amoureux d’architecture coloniale seront ravis de s’attarder dans la capitale le temps d’une journée. Cap ensuite sur Antsirabé (B), en prenant le temps d’admirer les paysages des hautes terres, offrant de superbes vues sur des cascades et autres rizières en terrasses. La ville d’Antsirabé, située à 1.400 mètres d’altitude (attention aux températures durant l’hiver austral !), est une ancienne ville thermale qu’il fait bon visiter pour son cachet colonial et ses possibles promenades à vélo. Elle est aussi réputée pour ses pousse-pousses joliment décorés.

Eglise et pousse-pousses à Antsirabé, MadagascarAntsirabé, son église et ses pousse-pousses colorés

Le voyage continue jusqu’à Ambositra (C), prisée pour son marché et son artisanat, et continue jusqu’à Ranomafana (D), pour son parc naturel – sans doute le plus connu de l’île – et les randonnées dans sa forêt tropicale humide que l’on peut y faire. Cap ensuite sur Ranohira (E) afin de découvrir le parc national de l’Isalo, ses canyons profonds, ses piscines naturelles, ses grottes et ses rivières. C’est également l’endroit idéal pour croiser des lémuriens ! Pour terminer le périple, direction Ifaty (F) en passant par la route de Tuléar afin de découvrir des paysages de savane et d’impressionnants baobabs. A Ifaty, le programme est à la détente après ces journées intenses sur la route ! Sublimes plages, très beaux spots de plongée, et petits restos et bars locaux, font d’Ifaty un lieu agréable pour se détendre.
Pour retourner à Antananarivo, des vols intérieurs partent de Tuléar plusieurs fois par semaine.

Madagascar sauvage & nature

Le départ se fait, cette fois encore, d’Antananarivo (A). Cap directement vers l’ouest en traversant la région des hauts plateaux, afin de découvrir les premiers paysages malgaches. Miandrivazo (B) permet d’accéder à la rivière Tsiribihina, qui se descend en pirogue durant plusieurs jours avec un guide local. La descente est une aventure à part entière à la rencontre de la faune locale (notamment lémuriens et caméléons), mais également des populations, puisque des escales à pied permettent de découvrir les villages surplombant la rivière. Une fois sur la terre ferme à Tsaraota (Point vert), la route continue jusqu’à Bekopaka (Point orange) ; attention cependant, la piste d’accès est difficile et n’est praticable qu’en saison sèche (de mai à novembre).

Tsingy de Bemaraha, MadagascarRéserve naturelle du Tsingy de Bemaraha

Cette petite ville est une porte d’entrée de la réserve naturelle du Tsingy de Bemaraha, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, et composée d’hallucinantes formations rocheuses en pics acérés, nées de l’accumulation de formations coralliennes, des plissements de terrain, de l’érosion et de pluies acides. Après cette stupéfiante découverte, il est temps de reprendre la route en direction de Morondova (Point bleu), avec escale obligatoire à « L’allée des Baobabs » au coucher du soleil. Bevoay (Point rouge), village typique de brousse, apparaît ensuite comme une étape de choix pour se détendre enfin au bord du Fleuve Mangoky, avant de retourner à la capitale, avec escale à Antsirabé.

Madagascar farniente

La côte nord-ouest est sans aucune doute la plus réputée pour les voyageurs à Madagascar en quête de farniente absolu. En atterrissant à Antananarivo, il est possible de rejoindre rapidement le nord-ouest en avion (plusieurs vols par semaine), voire même directement l’île de Nosy Be. Malheureusement au cours des dernières années, la fréquentation touristique sur Nosy Be a baissé à cause d’une certaine insécurité sur l’île. Aujourd’hui (octobre 2015), le gouvernement français précise sur son site que « la situation sécuritaire s’est améliorée (à Nosy Be), une vigilance renforcée reste néanmoins de mise ». A certains voyageurs, cela fera clairement leur affaire ! Car suite à tout cela, les (très nombreux) hôtels n’affichent pas complets et les prix restent assez attractifs, y compris pour certains hébergements luxueux. Et des hôtels luxueux à Nosy Be, il y en a ! Même si ces problèmes de sécurité ont été relevés, il ne faut pas paniquer et se souvenir que malheureusement, ce type de problèmes peut arriver partout, dans tous les pays touristiques du monde. D’ailleurs, le gouvernement recommande d’être vigilant, mais ne « déconseille pas fortement le tourisme » et classe Madagascar selon le même code couleur en termes de « risques » que la Thaïlande, par exemple.

Plage paradisiaque à Nosy Iranja, MadagascarPlage de Nosy Iranja

Pour ceux que cela ne refroidirait pas, il est à noter que les îles voisines de Nosy Be méritent vraiment le détour ; Nosy Komba pour sa nature luxuriante et son calme où les voitures sont totalement interdites, Nosy Sakatia pour ses jolies balades au calme, et Nosy Iranja pour ses airs d’île de Robinson, ses paysages et ses plages absolument paradisiaques…

Alors, qu’est-ce qui vous tente, vous ?

Crédits photos :
Photo à la une : uglyold / Foter / CC BY-NC-SA
Antsirabé : Foter / CC BY-SA
Tsingy : hobgadlng / Foter / CC BY-NC-ND
Nosy Iranja : minina007 / Foter / CC BY-NC-ND

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *