3 jours à Tokyo : que faire, que voir ?

3 jours à Tokyo : que faire, que voir ?

Dans l’inconscient collectif, Tokyo représente sans aucun doute l’effervescence asiatique, la cuisine saine et inventive, les nouvelles tendances et le high-tech, mais également les sublimes paysages de temples bordés de cerisiers en fleurs. Certains apprécieront de se laisser aller à un tas d’autres préjugés sur la culture nippone (plus ou moins avérés), ce n’est évidemment pas ce qui manque… Mais concentrons-nous plutôt sur la multitude de choses à découvrir dans cette capitale aussi antagonique que fascinante, où l’ancien, la tradition et l’histoire se mêlent avec subtilité à cette ultra-connexion et à cette modernité que l’on devine aisément. Immersion dans un Tokyo vibrant, pour une escale de 3 jours au Pays du Soleil Levant.

Jour 1 – SkyTree, Asakusa, Parc d’Ueno & Tokyo Dome City

La journée démarre à la Tokyo SkyTree, plus haute tour du monde avec ses 634 m de hauteur ! Il est possible d’y monter pour une vue à 360° sur la ville. Rapidement, cap vers le fleuve pour atteindre – de l’autre côté de ce dernier – le quartier d’Asakusa et plus précisément le Temple Sensō-ji. Plus vieux temple de Tokyo, il est aussi l’un des plus importants et sans aucun doute le plus célèbre. Son imposante lanterne de papier rouge sous la porte d’entrée du sanctuaire n’est autre que la plus grande du pays. De là, il faut traverser la rue commerçante – souvent surpeuplée – Nakamise-dôri pour pouvoir atteindre le bâtiment principal. L’accès au temple est gratuit. Les allergiques aux foules trouveront de bons petits restos et des vendeurs en tous genres aux alentours du temple, en s’éloignant de Nakamise. 

Le célèbre temple Sensō-ji, TokyoL’entrée au temple Sensō-ji, Tokyo

Non loin de là à l’ouest, se trouve le Tokyo National Museum, implanté au coeur de l’immense Parc d’Ueno. Si le musée national n’est pas le seul musée à se trouver dans le parc, il est en revanche sans nul doute le plus intéressant. Mais les non-amateurs d’art et d’histoire préfèreront sans doute le hanami, qui est la coutume japonaise d’apprécier les fleurs (notamment les cerisiers en fleurs) au printemps (mars-avril). Le parc est en effet l’endroit idéal pour cela et offre un spectacle réellement surprenant. Il est également possible de faire du pédalo sur l’étang Shinobazu, au coeur du parc, au beau milieu des nénuphars. Mais le quartier de Ameyayokocho (tout proche) vaut également que l’on s’y attarde pour les prix très intéressants des produits que l’on y trouve ! Pour clore la journée, direction le Tokyo Dome City, immense complexe commercial, à la fois domicile de l’équipe de base-ball japonaise, stade de base-ball et salle de concert, mais également parc d’attractions et centre commercial. Plusieurs restaurants permettent d’y dîner, et l’on y trouve également un Spa ouvert 22h par jour ! Idéal pour se relaxer après cette première journée, sans doute pour le moins éreintante.

Le Tokyo DomeLe Tokyo Dome de nuit

Jour 2 – Tsukiji, Ginza, Kagurazaka & Shinjuku

C’est plus au sud que commence cette seconde journée, et plus précisément au Marché aux poissons de Tsukiji. Lorsque l’on dit que cette journée commence, il faut bien entendre que c’est très tôt, qu’elle commence. Point central de la vie gastronomique tokyoïte, c’est effectivement ici que tout démarre ; dès 5h du matin, plus de 450 espèces de poissons se vendent à la criée ! Tsukiji est le plus grand marché du monde en ce qui concerne le poisson et les fruits de mer. Pour pouvoir profiter de ce spectacle hors du commun, il faut savoir que la zone des « ventes aux enchères » a mis en place un quota de « touristes », respecté pour ne pas troubler le déroulement des ventes de poisson. Mieux vaut donc arriver tôt et s’armer de patience. Sinon, il est toujours possible d’accéder aux autres espaces du marché, où se vendent poteries, ustensiles de cuisine, couteaux et produits d’épicerie à des prix très attractifs. On y trouve également plusieurs petits restaurants de sushis aux alentours. Et oui, même le matin, il est possible de manger des sushis ; une expérience à part entière !

Le Marché aux poissons de Tsukiji, TokyoLe Marché aux poissons de Tsukiji, Tokyo

Changement de décor radical pour la suite avec le quartier de Ginza, qui serait à Tokyo ce qu’est l’Avenue Montaigne à Paris ; les boutiques de grands couturiers se suivent et affichent des prix défiant tout bon sens. Pas de surprise, Ginza n’est autre que l’un des quartiers les plus chers de la planète. Le coin mérite le déplacement pour la démesure qu’il évoque, mais certains préfèreront se diriger vers Kagurazakale quartier français de Tokyo ! On y trouve restaurants français, bars à vin, et succursales de boulangerie « bien de chez nous ». Il n’est jamais vraiment conseillé d’aller y acheter son jambon-beurre – à moins d’être vraiment en manque – tant les prix pratiqués sont démesurés. Mais le quartier et son atmosphère agréable valent un petit détour pour le simple constat surprenant de cette ambiance française au coeur de la capitale nippone. Pour terminer la journée, direction le quartier de Shinjuku, dont la gare est la plus grande du monde ! Shinjuku est réputé pour son animation nocturne, et notamment pour le Golden Gai, ses étroites ruelles et ses bars minuscules et authentiques où le temps semble s’être totalement arrêté. Les lieux sont si exigus, que certains bars n’acceptent que les Japonais, il ne faudra donc pas se vexer ! N.B. : Tout près de là, à pied, se trouve Shinjuku ni-chōme, le quartier gay de Tokyo.

Le Golden Gai, à Shinjuku, TokyoRue étroite du Golden Gai

Jour 3 – Meiji-jingū, Takeshita-dōri, Shibuya & Shimokitazawa

Commençons ce 3ème et dernier jour par la visite de Meiji-jingū, connu pour être le plus beau sanctuaire shinto de Tokyo, voire du pays. Situé au niveau du Parc Yoyogi, la visite permet de respirer à pleins poumons ! Les jardins du sanctuaire sont d’ailleurs très connus pour recevoir de nombreux  mariés chaque week-end ; c’est alors l’occasion d’admirer les tenues traditionnelles japonaises en ces occasions. En traversant le parc à pied, on atterrit rapidement sur Takeshita-dōri, une rue très colorée, emplie de petites boutiques qui font le bonheur de jeunes japonaises des communautés Lolita et Gosloli (ces adolescentes costumées). Cette rue est souvent considérée comme un incubateur de tendances et de mode, qui influencera très rapidement le reste du Japon. La visite se poursuit ensuite jusqu’à Shibuya, véritable point névralgique de la ville ; c’est précisément ici que se croisent 6 immenses artères, faisant de ce lieu, sans l’ombre d’un doute, la place idéale pour observer la vie des Tokyoïtes. La Tour 109 abrite toutes les boutiques et dernières tendances, on y croise d’ailleurs bien souvent les Japonaises les plus branchées et les plus excentriques ! Pour observer les gens traverser sur les passages piétons interminables, l’étage du Starbucks est une place de choix !

Shibuya, TokyoLe célèbre « Shibuya Crossing »

Pour terminer en beauté cette dernière journée, cap sur Shimokitazawa, le quartier branché, hipster et indépendant de Tokyo ! Ici, point de gratte-ciel, et de bruits de klaxons, c’est à pied que l’on se promène, entre boutiques de créateurs, petits cafés indépendants et espaces artistiques. Malheureusement, le quartier est voué à disparaître, ce qui fait de lui un endroit à visiter pour découvrir ce qu’est – ou ce qu’aura été – l’ambivalence de Tokyo à son paroxysme.

Crédits photos :
Photo à la Une : Robert M
Temple Sensō-ji : ico
Tokyo Dome : FiL0_D
Marché de Tsukiji : jamesjustin
Golden Gai : WorldBridge PHOTO Club
Shibuya : Alpha 2008

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

2 Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *