Comment voyager responsable ?

Comment voyager responsable ?

Le voyage responsable – également souvent assimilé au voyage éthique, durable, équitable, ou encore à l’écotourisme – est un terme que l’on entend et lit de plus en plus sur le web. Il s’oppose au tourisme de masse, aux circuits très balisés, et à la surconsommation en voyage de façon plus générale, qui ont un impact sur l’écologie et les dimensions sociale et économique du pays que l’on visite.

Voyager responsable est avant tout un état d’esprit. Les voyageurs responsables appliquent généralement déjà certains principes dans leur vie quotidienne : respect de l’environnement (limitation des déchets, usage éclairé des ressources naturelles, conscience écologique face aux polluants), ouverture aux autres, consommation locale et limitée. Il ne faut donc pas voir, dans le voyage responsable, un voyage dans le voyage, mais plutôt une façon de voyager en accord avec ses propres convictions.

Si de nombreux voyagistes surfent sur la vague en proposant des forfaits de voyages responsables, il n’est pas nécessaire de passer par ce genre d’organisations pour respecter certaines valeurs en voyage. Voici quelques conseils simples (et évidents) à mettre en application pour voyager de façon responsable partout dans le monde.

Préparer son voyage en amont

Cela fera râler ceux qui aiment l’aventure et l’imprévisible, mais notons que l’un n’empêche pas l’autre ! Au contraire. Préparer son voyage, ce n’est pas planifier chaque nuit, chaque visite, ou chaque transport. Mais plutôt lire sur la destination, s’informer sur la culture, les coutumes, les habitudes de vie, le contexte socio-économique, la langue, la sécurité, etc. Savoir où l’on s’en va, comprendre « sur le papier » comment les gens y vivent, permettra, une fois sur place, de comprendre ce qu’il faut respecter et pourquoi il faut le respecter. Il s’agit d’une étape primordiale, souvent oubliée de nombreux voyageurs, qui permettra, pour les aventuriers justement, de prendre les libertés qu’ils souhaitent dans le respect du pays qui les accueille et en toute connaissance de cause.

Voyager responsable : préparer son voyage(photo : rawpixel.com)

Respecter la culture

C’est la continuité du point précédent. Cela peut sembler idiot de le préciser, mais le voyage responsable commence par là. S’habiller en adéquation avec les coutumes du pays, éviter les gestes qui nous semblent anodins mais qui sont mal vus ou insultants ailleurs, rester humble, écouter les locaux, leurs conseils, leurs histoires… Lorsque l’on visite un pays, il faut être capable de mettre de côté ses principes et ses façons de penser, très occidentales, pour mieux appréhender et comprendre l’autre.

Voyager responsable : le respect de la culture(photo : Joshua Watson)

Bien choisir ses transports

Nous sommes une agence proposant des billets d’avion tour du monde et multi-destinations. Nous serions légèrement gonflés et tout à fait hypocrites de recommander des alternatives plus écologiques que l’avion en voyage. Tout en étant très admiratifs des voyageurs choisissant la marche ou le vélo pour se déplacer autour du monde, il faut reconnaître que tout le monde n’a pas nécessairement le temps, ni l’envie ou les capacités, de se déplacer ainsi. Pour les longs trajets et les timings restreints, l’avion reste la meilleure option. Mais pour découvrir l’intérieur des pays ou des continents, nous ne pouvons que recommander les transports par voie terrestre, et notamment les options locales (plutôt que les bus touristiques). Ils permettent de découvrir de sublimes paysages, mais également de comprendre le pays, tout en rencontrant les populations qui voyagent à nos côtés. Nous faisons souvent, sur ce blog, l’apologie du slow travel ; en voir moins, mais voir mieux !

✎ À lire au sujet du slow travel :
Interview voyageur : le voyage déstructuré d’Enzo, au jour le jour et au gré des rencontres
Interview voyageurs : le slow travel d’Audrey et Mathieu

Voyager responsable : la question des transports(photo : Ryan Tang)

Penser local

Nous en parlions dans un article sur les 10 techniques pour économiser au maximum en voyage ; penser local permet également de respecter l’environnement, l’économie, la culture et les habitants du pays dans lequel on se trouve. Si l’on choisit un petit resto local pour dîner, on sait que les aliments que l’on mange n’ont pas traversé la moitié de la planète, que l’argent ira dans les poches de ceux qui nous ont nourri et servi (et permettra de subvenir aux besoins de leur famille), que l’on découvrira, par le biais de la cuisine, un peu de la culture du pays qui nous accueille, et que l’on aura la chance de côtoyer des personnes locales.

Évidemment, penser local nous invite donc à éviter les grosses « chaînes »… de restaurants, d’hôtels, de cafés, de magasins, ou même les grosses agences de voyage qui ne nous semblent pas très respectueuses des employés, de la culture, ou de l’environnement. Comme dans nos pays occidentaux, un café de « grande chaîne » tue un petit café de quartier. Il ne faut pas perdre de vue que les répercussions sur l’économie sont encore plus importantes dans certains pays.

Voyager responsable : penser local(photo : Lisheng Chang)

Garder nos bonnes habitudes vis-à-vis de l’environnement

S’il y a bien une chose que l’on ne peut enlever à nos pays occidentaux, en comparaison de certains pays d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Asie, c’est bien notre avancée au niveau du respect de l’environnement d’un point de vue individuel. Nous sommes désormais habitués à trier nos déchets, à faire attention à l’eau et à l’électricité, et savons que le plastique est à éviter autant que possible. Il faut garder nos bonnes habitudes acquises chez nous et réduire notre impact environnemental en voyage également. Que faire avec l’eau, puisque dans bien des endroits du monde, l’eau du robinet n’est pas potable ? Opter pour une gourde filtrante plutôt que d’acheter d’innombrables bouteilles en plastique qui finiront sur des trottoirs ou sur des bas côtés de routes de campagnes. Privilégier le réutilisable plutôt que le jetable fonctionne pour bien d’autres objets en voyage : batteries rechargeables VS piles, éponges nettoyantes pour le visage VS lingettes démaquillantes, etc.

Voyager responsable : le plastique(photo : Averie Woodard)

Respecter la faune et la flore

Nous avons encore l’impression d’énoncer des évidences en disant cela. Mais respecter la faune et la flore devrait être la préoccupation de chaque voyageur, dans chaque pays du monde, sur la terre comme sous l’eau. S’il n’y avait pas de vacanciers pour les apprécier, les cruelles « attractions » touristiques mettant en scène des animaux, notamment sauvages, n’existeraient pas.

Pour ce qui, est revanche, des animaux sauvages dans leur milieu naturel, c’est bien de vouloir les observer, mais important de ne pas les nourrir. Un raton-laveur au Canada ou un singe à Bali ne sont pas supposés finir notre paquet de chips. En plus de les rendre malades, cela les rend dépendants et « paresseux », ce qui est évidemment une très mauvaise chose pour l’évolution de l’espèce.

✎ À lire au sujet des pratiques touristiques liées au monde animal :
Voyage et animaux sauvages en captivité : comment voyager responsable ?

Voyager responsable : la faune et la flore(photo : Ron Dauphin)

Rester logique

Ce qui ne nous semble pas acceptable chez nous ne l’est peut-être pas non plus en voyage. Le meilleur exemple, c’est le touriste qui prend en photo des personnes locales sans leur consentement. Peut-être que cette dame indienne porte un sari magnifiquement coloré, ou que cet enfant colombien est terriblement mignon, mais accepterions-nous d’être pris en photo par des touristes en France, qui se posteraient à 50 cm de notre visage, sans même nous demander notre accord ? La réponse est non. Cet exemple nous invite à réfléchir sur toutes nos actions dans un pays étranger en remettant les choses dans un contexte qui nous est familier.

Voyager responsable VS le tourisme de masse(photo : Masha Danilova)

Il est évidemment possible d’aller plus loin, en choisissant des hébergements « écolabellisés » ou en compensant notre empreinte carbone par des actions concrètes (comme la plantation d’arbres, par exemple). Ceci étant dit, respecter les préceptes formulés ci-dessus est déjà un excellent début pour voyager de façon responsable et ainsi faire de son voyage la continuité de son engagement au quotidien.

Crédit photo à la une : Paul Morris

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *