Idée d’itinéraire de 3 semaines en Nouvelle-Zélande

Idée d’itinéraire de 3 semaines en Nouvelle-Zélande

Sans grande surprise, un voyage en Nouvelle-Zélande implique bien souvent un road trip, un sujet que l’on a l’habitude d’aborder chez Zip World puisque nous avons rédigé plusieurs articles à ce sujet. A l’instar de l’Australie, il est en effet très facile de louer ou acheter un van aménagé (ou une voiture) pour voyager et découvrir la Nouvelle-Zélande à son rythme.
S’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise durée pour visiter un pays – par la route de surcroît – il est évident qu’il serait dommage de ne rester sur cet intriguant territoire qu’1 semaine ou 10 jours. Si la route a le mérite de pouvoir offrir au voyageur un périple unique et totalement modulable, ne pas prendre le temps de prendre justement le temps serait une erreur fatale, en particulier sur ce territoire faussement petit… et aussi riche d’histoire et de culture qu’il est loin de notre France.
Voici donc une idée d’itinéraire de 3 semaines en Nouvelle-Zélande, qui pourra s’allonger à la guise de ceux qui auront la chance ou la bonne idée de rester plus longtemps.

Moutons néo-zélandaisMoutons néo-zélandais

Jour 1 et 2 – Auckland

Ces deux premières journées seront consacrées à Auckland, car en tout premier lieu, il faudra commencer doucement pour se remettre du décalage horaire (10h depuis Paris) ! Ensuite, parce que Auckland est une ville étonnante, vibrante et moderne, qui a 1001 choses à dévoiler… En fonction des intérêts de chacun, la découverte de la ville pourra se faire par du shopping sur Queenstreet, son artère principale remplie de boutiques, magasins et restaurants ; en allant observer la ville « d’en haut », au sommet de la Sky Tower, à ce jour le plus haut édifice de l’hémisphère sud ; en s’intéressant à l’histoire des Maoris à l’Auckland Art Gallery ; en flânant à Marina Bay et ses bateaux ou dans le quartier branché et hype de Ponsonby ; en allant prendre l’air au Mont Eden ou à Devonport, île accessible en ferry en quelques minutes seulement d’Auckland !

A faire dans le cas d’un voyage de plus de 3 semaines :
Bay of Islands, au nord d’Auckland, ses 144 îles au milieu des eaux turquoise. Territoire ancestral et nature omniprésente, riche d’histoire et de paysages stupéfiants.

Skyline d'Auckland (Nouvelle-Zélande)Auckland au crépuscule

Jour 3 et 4 – Péninsule de Coromandel

C’est maintenant que les choses sérieuses commencent ! Une fois le van (ou la voiture) récupéré, cap sur la péninsule de Coromandel pour découvrir les premiers panoramas de nature sauvage du pays et des paysages côtiers à tout bonnement couper le souffle ! Une halte à Hot Water Beach s’impose par ailleurs, car cette plage hors du commun permet – à marée basse – de se creuser sa propre piscine dans le sable pour profiter des sources d’eau chaude naturelles. Pour terminer ce petit tour de la péninsule, direction Cathedral Cove pour ses belles plages et ses arches de calcaire creusées par la mer. Très connue et appréciée par les voyageurs, cette réserve marine a aussi inspiré les équipes de Disney pour le dessin animé « Le monde de Narnia ».

Cathedral Cove, dans la péninsule de Coromandel (Nouvelle-Zélande)Cathedral Cove, dans la péninsule de Coromandel

Jour 5 – Rotorua

Il faudra se lever tôt pour prendre la route pour Rotorua, un peu plus au sud. Cette région est un véritable cabinet de curiosités ; les plus impressionnants phénomènes volcaniques s’y concentrent, des sources d’eau chaude aux célèbres geysers, en passant par la boue bouillonnante éclatant en bulles visqueuses. Nez sensibles, attention à l’odeur d’oeuf pourri, ce n’est vraiment pas une légende ! L’entrée de la Réserve naturelle « Wai-O-Tapu » est payante ($32,50 NZD par adulte) mais permet de voir ces merveilles en quelques heures de balade. Au programme, cratères, cascades, geysers, grottes, piscines de boue… Les couleurs des lacs sont assez stupéfiantes, passant du vert anis à l’orange ou au turquoise. Il existe aussi plusieurs alternatives gratuites pour découvrir les merveilles de cette région géothermique, comme le Kuirau Park, mais hélas, seul Wai-O-Tapu et ses 3 km au coeur de ses paysages volcaniques absolument sublimes ne pourra satisfaire les esprits les plus curieux.
La route se poursuit ensuite vers Taupo, encore un peu plus au sud, pour passer la fin de journée et la nuit.

Parc Wai-O-Tapu dans la région de Rotorua (Nouvelle-Zélande)Réserve naturelle Wai-O-Tapu

Jour 6 – Taupo

Réveil au bord du Lac Taupo, le plus grand de Nouvelle-Zélande. Au programme, détente ! Car le 7ème jour nécessitera énergie et motivation ! La ville de Taupo est une ville agréable, appréciée de tous les voyageurs pour sa douceur de vivre, elle constitue donc une étape de choix avant de se lancer à l’assaut du 7ème jour. Il est possible de faire bon nombre d’activités nautiques, mais également des croisières sur le lac, et de découvrir ainsi les Maori Rock Carving, des sculptures maories gravées dans la roche, hautes de plusieurs mètres, et seulement visibles par la mer, en bateau ou en kayak. Pour les bourses plus restreintes, le Spa Thermal Park permet de se détendre dans des sources d’eau chaude.

Maori Rock Carving sur le Lac Taupo (Nouvelle-Zélande)Maori Rock Carving sur le Lac Taupo

Jour 7 – Tongariro National Park

Nous y sommes ! Le Tongariro National Park offre la possibilité d’effectuer une randonnée d’1 journée, la Tongariro Alpine Crossing, souvent considérée comme la plus belle du pays, mais aussi comme l’une des plus belles du monde. Le petit détail à prendre en considération, c’est que cette randonnée n’est pas une boucle. Si on laisse son véhicule à l’entrée de la randonnée, elle ne sera donc pas là à la sortie (CQFD). La technique utilisée par de nombreux randonneurs, et de s’arranger avec d’autres voyageurs (rencontrés en camping, dans les bars et restaurants, sur des forums, etc), afin de s’y rendre à 2 véhicules ; 1 à l’entrée, 1 à la sortie. Sinon, des navettes existent, mais les prix défient tout bon sens.

Parc national de Tongariro (Nouvelle-Zélande)Parc national de Tongariro

Jour 8 – Hawke’s Bay

En route pour Hawke’s Bay, à l’est de l’île, pour une pause en bord de mer bien méritée. Les petites villes de Napier et d’Hastings ont été totalement reconstruites dans un style Art Déco après un terrible séisme qui a tout détruit en 1931. La région est connue pour ses vergers et ses vignobles, dont ces derniers peuvent se visiter.

Hawke's Bay (Nouvelle-Zélande)Hawke’s Bay

Jour 9 et 10 – Wellington

Après près de 5h de route, Wellington se dresse devant nous ; nous sommes au bout de l’île du nord. Avant de mettre le cap sur l’île du sud, la visite du musée le plus connu (et le plus beau) du pays, le Te Papa, s’impose. Art maori, histoire, écologie, vulcanologie, bien des sujets y sont traités sur les 5 étages de ce musée ! On y fait également quelques expériences, comme celle d’un tremblement de terre factice, ou l’observation d’un calamar géant dans son bocal de formol ! Si l’architecture de Wellington ne rend pas la ville particulièrement belle, une atmosphère douce et agréable y règne malgré tout ; ce n’est pas pour rien qu’on lui doit le surnom de « capitale du cool » ! Deux jours de « cool » ne seront donc pas de trop avant de reprendre la route, ou plutôt, le ferry.

Wellington de nuit (Nouvelle-Zélande)Wellington de nuit

Jour 11 et 12 – Nelson & Parc national d’Abel Tasman

La traversée en ferry pour passer à l’île du sud se fait en 3h environ. Changement d’horizons, l’île du Sud est plus sauvage, moins habitée, on y croise moins de villes et on traverse plus de campagnes, bref, le changement d’ambiance est réel. Cap directement sur Nelson, puis Motueka, dernière bourgade avant Marahau, porte d’entrée du Parc national d’Abel Tasman. Le parc offre aux randonneurs deux possibilités de trek ; L’Abel Tasman Coast Track longeant la côte, et l’Abel Tasman Inland Track, qui parcourt l’intérieur des terres et qui est bien moins fréquenté. Mais ces treks sont des treks de plusieurs jours, ce qui peut poser problème à ceux qui n’ont que peu de temps. Il reste néanmoins possible d’en emprunter un bout (pour l’Abel Tasman Coast Track) afin de tout de même profiter du spectacle, qui est majestueux avec ses eaux turquoises et ses plages de sable blanc.

Abel Tasman National Park (Nouvelle-Zélande)Abel Tasman National Park

Jour 13 – Punakaiki et Hokitika

Le matin (tôt…) du 13ème jour nous mène tout droit vers les longues plages désertes de la côte ouest, avec une escale à Punakaiki. Même si cette nature mériterait amplement que l’on s’y attarde (2 jours, 2 semaines, voire même 2 mois de plus…) il est déjà temps de continuer la route jusqu’à Hokitika, notamment pour ses fameuses Gorges d’Hokitika (situées à une 30aine de km de la ville), encore étonnamment assez peu connues des touristes. C’est pourtant un lieu enchanteur, où l’eau des gorges est presque turquoise, où une forêt tropicale dense et mystérieuse entoure le tout, et que l’on découvre en traversant le pont suspendu nous menant d’un bout à l’autre de la rive. Cette escapade hors du temps est particulièrement appréciée des locaux. Il est possible de continuer la route jusqu’à la ville de Franz Josef (compter au moins 2h de route) pour passer la soirée et la nuit sur place, afin d’être en forme le lendemain ! Attention néanmoins, la ville est minuscule et créée de toute pièce pour satisfaire les randonneurs du glacier, les prix y sont donc exorbitants, mieux vaut donc penser à faire ses provisions avant.

Les Gorges d'Hokitika (Nouvelle-Zélande)Gorges d’Hokitika

Jour 14 – Le Glacier Franz Josef

Plusieurs possibilités de randonnées s’offrent aux voyageurs au Glacier Franz Josef ; deux randonnées offrant un « aperçu » du glacier, réalisables sans grandes difficultés pour des durées allant de moins de 30 min aller-retour à 1h30 aller-retour (et empruntées par une grande majorité des voyageurs). Et deux randonnées considérées comme étant difficiles, traversant la forêt, et offrant de magnifiques panoramas sur la vallée et le glacier. Pour choisir sa randonnée, il est évidemment important de le faire en fonction de sa condition physique, mais aussi en fonction des conditions météo. Certaines pistes peuvent parfois être fermées. Dans le cas d’une courte randonnée, il sera idéal de mettre ensuite le cap directement sur Queenstown.

A faire dans le cas d’un voyage de plus de 3 semaines :
Une exploration plus en profondeur des « Alpes néo-zélandaises », notamment de son Mont Cook, de son Lac Pukaki et de ses parcs nationaux (parc national du mont Aspiring et parc national Aoraki/Mount Cook).

Le Glacier Franz Josef (Nouvelle-Zélande)Glacier Franz Josef

Jour 15 et 16 – Queenstown

Queenstown a une réputation. Bonne ou mauvaise, cela dépend des goûts de chacun. Les amoureux de la nature, qui recherchent avant tout une Nouvelle-Zélande authentique et sauvage fuiront Queenstown, ville branchée et jeune, où il fait bon vivre, surtout pour faire la fête. Quoi qu’il en soit, Queenstown est une étape agréable pour faire le plein de provisions, pour se reposer après les randonnées, pour se détendre et profiter des avantages d’une ville (même si elle reste d’une taille très raisonnable !). A chacun de décider quand, comment et combien de temps. Coronet Peak, situé à moins de 20 min de la ville, permet de profiter des joies des sports d’hiver tout en étant en ville ; il est également possible de s’adonner aux sports extrêmes, le saut à l’élastique y étant le roi ; quant aux fans inconditionnels du Seigneur des Anneaux, de nombreux spots ayant servis de décors aux films sont à découvrir dans le coin.
Quoi qu’il en soit, 1 à 2 jours de repos en ville ne feront pas de mal pour repartir sur les routes et ainsi terminer le voyage du bon pied.

Alternative à Queenstown :
Certains se plaisent à dire que Wanaka est l’équivalent de Queenstown en mieux ; avec davantage de charme, et moins d’agitation nocturne !

Coucher de soleil sur Queenstown (Nouvelle-Zélande)Coucher de soleil sur Queenstown

Jour 17 – Milford Sound

Le Fiordland est généralement l’une des visites les plus attendues de tout voyageur en Nouvelle-Zélande, et pour cause, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette région est réputée comme étant la plus belle du pays. A perte de vue, des montagnes et des fjords sur une unique route menant au célèbre  Milford Sound qui se découvre par voie fluviale, en embarquant sur l’un des nombreux bateaux de tourisme, tourisme qui reprend ici tous ses droits. Sans surprise donc, le hic de cette excursion, c’est bien évidemment le prix ! Il faut compter au minimum $50 NZD pour l’excursion la moins chère dont le départ est le matin relativement tôt, au moment où le soleil n’est pas encore présent. Pour les meilleures vues aux meilleures heures, il faudra payer le prix fort et attendre des départs plus tardifs – et bien plus fréquentés.

Milford Sound (Nouvelle-Zélande)Milford Sound

Jour 18 – The Catlins

Dès l’aube, en voiture, direction le sud de l’île. Au départ de Curio Bay, The Catlins dévoile un paysage côtier pittoresque sauvage et peu peuplé, abritant de nombreuses espèces d’oiseaux menacées. Appréciée des surfeurs pour ses vagues, la région se découvre très bien par la route en remontant jusqu’à Balclutha. Le voyage continue ensuite en remontant la côte est, avec une pause éventuellement à Dunedin – deuxième ville de l’île du Sud par sa population qui peut se vanter d’avoir la rue la plus pentue du monde – et à Oamaru pour observer ses colonies de pingouins.

Pingouins de Curio Bay (Nouvelle-Zélande)Pingouin de Curio Bay

Jour 19 – Akaroa

La visite de la côte se termine par Akaroa, une petite ville côtière surnommée « le village français ». Il vaut le coup de s’y rendre pour sa drôle d’histoire (un Français a acheté les terres de la péninsule à un Maori pour une bouchée de pain, et le temps qu’il mette en place un début de colonisation, les Anglais ayant eu vent de ce projet ont redoublé d’effort pour coloniser l’ensemble des terres). Douce et agréable, cette avant dernière étape avant la fin du voyage permet de quitter la côte de la meilleure des manières.

Akaroa, le village français (Nouvelle-Zélande)Akaroa, le village français

Jour 20 et 21 – Christchurch

La visite de Christchurch est malheureusement remise en question aujourd’hui par les voyageurs, puisque la ville a été en grande partie détruite lors du séisme de 2011. Si effectivement certaines routes sont toujours en piteux état, si de nombreux habitants ont déserté les lieux, si le nombre de grues n’est comparable qu’aux décibels des marteaux-piqueurs, tentant de reconstruire tout doucement cette ville devenue un tantinet tristounette, il y a indéniablement à voir et à faire à Christchurch. Ce qu’il y a à voir, c’est la manière dont les habitants tentent de redonner de la vie à leur ville, c’est les murs des décombres transformés en art de rue, c’est les événements mis en place pour redonner de la joie et de la bonne humeur, c’est une ville colorée au milieu d’un gris que l’on essaye d’oublier. C’est comme si l’on assistait à la renaissance d’une ville, une bien belle fin pour un voyage aussi intense que nous l’impose la Nouvelle-Zélande.

A faire dans le cas d’un voyage de plus de 3 semaines :
Kaikoura, à 2h30 au nord de Christchurch, est le point de départ de nombreuses excursions en mer à la découverte des dauphins, baleines et autres cachalots.

Christchurch (Nouvelle-Zélande)Christchurch

Crédit photos :
Photo à la une : Stuck in Customs / Foter / CC BY-NC-SA
Moutons : pietroizzo / Foter / CC BY-NC-SA
Auckland : Loïc Lagarde / Foter / CC BY-NC-ND
Cathedral Cove : Daniel Peckham / Foter / CC BY-NC-SA
Wai-O-Tapu : bugie.de / Foter / CC BY-SA
Maori Rock Carving : Abaconda / Foter / CC BY-SA
Tongariro Alpine Crossing : mhx / Foter / CC BY-SA
Hawke’s Bay : pbkwee / Foter / CC BY
Photo Wellington : Eduardo_il_Magnifico / Foter / CC BY-NC-SA
Abel Tasman National Park : Andrea Schaffer / Foter / CC BY
Gorges d’Hikitika : ben_tofz / Foter / CC BY-NC
Glacier Franz Josef : Velvet Android / Foter / CC BY-NC-ND
Queenstown : paul bica / Foter / CC BY
Milford Sound : christopher.berry / Foter / CC BY-NC-SA
Pingouin : Michael Dawes / Foter / CC BY-NC
Akaroa : joinash / Foter / CC BY-NC-ND
Christchurch : Jocey K / Foter / CC BY-SA

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

8 Commentaires

  1. karine

    C’est tout simplement magnifique.
    Nous passerons un mois en Nouvelle Zélande en Février 2016 pendant un tour du monde en famille (avec nos 5 enfants). Ce sera le seul pays que nous visiterons vraiment. Dans les autres nous resterons dans un village (page facebook Openvillage20152016). Qu’en est-il du budget pour les 3 semaines décrites plus haut?

    1. Anne

      Bonjour ! Ravis que l’article vous plaise. Pour le budget, difficile à dire, car tout dépend de la manière de voyager de chacun.
      Pour votre page Facebook, nous vous suivons désormais ! Bons derniers préparatifs !

  2. Aurélie

    Bonjour,

    L’itinéraire me semble parfait 🙂
    Seule petite question, il faudrait louer la voiture a Auckland et la rapporter a Christchurch ?
    Car je n’avais pas prévu le budget voiture :\
    Merci en tout cas de cette page si bien décrite.

    Aurélie

    1. Anne

      Bonjour Aurélie ! Dans ce cas de figure, l’idéal serait effectivement de prendre la voiture à Auckland et de la rendre à Christchurch. Mais il est également possible de voyager en bus en Nouvelle-Zélande. Cela peut être une alternative sympa !
      À bientôt !

  3. Carole

    Bonjour,
    Votre description du voyage est vraiment géniale !! Nous allons rejoindre en famille ma fille qui est partie un an fille au pair à Wellington. Elle nous rejoindra à Auckland et nous allons descendre jusqu’à Christchurch en camping car pendant 15 jours. Ca va être le voyage de notre vie ! Merci pour toutes les infos qui vont m’être très utiles.

    1. Anne

      Bonjour Marion. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en considération pour établir un budget. Les premiers éléments importants seraient de savoir si vous souhaitez louer une voiture, un van, dormir dans le véhicule, dormir en auberge de jeunesse, en hôtel/airbnb, faire du camping, si vous êtes du genre à manger au resto souvent ou si vous préférez vous préparer votre popote, etc etc… Mais disons que pour quelqu’un qui voyage en transports locaux, mange dans des endroits bon marché et dort dans les auberges figurant parmi les moins chères des guides de voyage, il faut compter 60 euros par jour et par personne. Cela donne tout de même une idée. 🙂 À bientôt !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *