Interview voyageur : « La Grande Escapade » en famille

Interview voyageur : « La Grande Escapade » en famille

Jean-Fi, Barbara et Justine (15 ans) sont partis en famille pour un tour du monde de 11 mois, voyage qu’ils ont eux-mêmes baptisés « La Grande Escapade ». Ils passent par Zip World pour leur billet d’avion « tour du monde » Paris-Amman-Colombo-Kuala Lumpur-Bali-Sydney-Christchurch//Auckland-Tahiti-Île de Pâques-Santiago//Quito-Îles Galapagos-Guayaquil-Paris.
Au programme de leur voyage : Jordanie, Sri Lanka, Malaisie, Indonésie, Australie, Nouvelle-Zélande, Tahiti, Ile de Pâques, Chili, Argentine, Bolivie, Pérou, Equateur. Rencontre avec une famille de voyageurs !

Justine et Barbara dans les montagnes du centre du Sri LankaJustine et Barbara dans les montagnes du centre du Sri Lanka

Bonjour la famille ! Pouvez-vous vous présenter, nous dire qui vous étiez avant de partir en voyage ?
Nous composons une famille de 5 ; Barbara & Jean-Philippe, les parents, et Marion, Laura et Justine, nos 3 filles. Nous venons de la région de Grenoble, au coeur de ces magnifiques montagnes que nous affectionnons tout particulièrement.

Comment cette idée de tour du monde a-t-elle germée dans votre esprit ?
Nous avons toujours su que nous consacrerions une partie essentielle de nos vies à voyager. Au cours de ces dernières années, nous avons exprimé une profonde lassitude à vivre notre quotidien, nous avons un instant envisagé une vie d’expatriés (la profession de Barbara nous l’y autorisait), mais l’envie de voyage a été la plus forte… La cinquantaine approchant, nous pensions sagement attendre la retraite, initialement fixée à 55 ans pour nous deux. Mais de réforme en réforme, celle-ci semblait se refermer alors que nous nous apprêtions à la franchir. Nous ne pouvions plus attendre, si elle se refermait, il nous fallait l’enfoncer afin de bousculer les choses, tant que nos états de santé nous permettait encore, par exemple, de gravir un volcan.
Marion, 22 ans et désormais installée en couple, ne fréquentait plus la maison. Quant à sa sœur Laura, 20 ans, elle poursuivait des études d’infirmière ; les deux grandes ne seraient donc pas du voyage. Seule nous accompagnerait Justine, âgée de 15 ans lors de notre départ.

Quelle fut la réaction de vos proches à l’annonce de votre départ ?
Nos proches ont réagi très différemment lorsque nous leur avons fait part de notre décision. Il y a ceux qui nous ont témoigné leur enthousiasme bien sûr, mais aussi ceux qui ont tu leur jalousie (elle se lisait assez clairement sur leur visage), et ceux qui nous ont dit que nous étions totalement inconscients, agissant égoïstement vis-à-vis de la scolarité de Justine que nous mettions en péril. Nous avouons assez facilement ne jamais avoir été vraiment très réceptifs aux remarques venues de l’ extérieur, orientant un peu nos vies comme bon nous a toujours semblé.

Justine et Barbara sur le site de Little Petra en JordanieJustine et Barbara sur le site de Little Petra en Jordanie

Comment avez-vous préparé ce voyage ?
Il a fallu en premier lieu le financer. Pour cela, nous étions prêts à sacrifier tous nos biens matériels accumulés depuis de nombreuses années, et en premier lieu, notre maison que nous avions fait construire. Nous avons acheté en contre-partie, un modeste appartement que Laura occuperait durant notre absence, et qui constituerait un point de chute à notre retour. Dans le même temps, nous demandions à bénéficier d’ un congé sabbatique auprès de nos employeurs.
Lorsque l’on évoque le voyage en général (sans même parler d’un tour du monde), nombreuses sont les personnes hésitantes, voire stoppées, à l’évocation de questions « pratiques ». Nous en avons personnellement toujours fait abstraction. Par exemple pour ce qui est des langues étrangères, nous n’en parlons aucune autre que le français ! C’est, il est vrai, parfois un peu plus compliqué, mais cela n’a jamais freiné nos envies d’ailleurs.

Pouvez-vous nous présenter rapidement votre voyage ?
Lorsque est venu le moment de songer à notre ébauche d’itinéraire, nous avons spontanément pensé aux îles. Tout d’abord parce que nous les apprécions particulièrement, mais aussi, avec dans l’ idée de préserver les continents qu’éventuellement nous souhaiterions parcourir plus tard à bord d’un véhicule aménagé de type 4×4, équipé d’une cellule pas trop encombrante. Nous avons alors sélectionné des destinations comme Madagascar, le Sri Lanka, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Fidji, la Polynésie, l’Ile de Pâques, Hawaii, Cuba… Il a bien fallu se montrer raisonnables, ce type de voyage dépassait le budget que nous pouvions consacrer à l’achat de nos billets d’avion. Avec l’aide et les conseils des spécialistes itinéraires Zip World, nous sommes néanmoins parvenus à établir un itinéraire s’en rapprochant, tout en respectant nos exigences financières. Il était celui de la raison ; nous allions dès lors complètement y adhérer… Il était celui de « La Grande Escapade ». Pour en déterminer le sens de rotation, nous nous sommes basés sur les données météorologiques, en fonction des périodes qui nous seraient les plus favorables.
Au fur et à mesure de la préparation, nous avons évalué au mieux, la durée consacrée à chaque pays visité. Les dates que nous nous étions fixés ont été de précieux points de repère, elles ont permis de « cadrer » le voyage.

Justine au Salar de Uyuni, BolivieJustine au Salar de Uyuni, Bolivie

Vous parliez de la scolarité de Justine. Comment gérez-vous ce point-là pendant le voyage ?
En raison d’une scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, Justine (qui n’en avait que 15 lors de notre départ) ne pouvait théoriquement pas s’accorder d’année sabbatique. Nous l’avons inscrite au CNED au moment du départ, afin qu’elle suive par Internet une scolarité « normale » de classe de seconde.
En pratique, cela s’est révélé beaucoup plus compliqué ! Après quelques devoirs envoyés (au prix de gros efforts), nous déplorions autant que nous pouvions le comprendre, le manque d’assiduité de Justine. Mais finalement, qu’importe…! Son enseignement était tout autre, certainement aussi riche que ne pouvait lui dispenser quelconque institution !
Coupée de ses sœurs et de ses amis, il lui tarde désormais de rentrer, tout en étant consciente de vivre là, quelque chose d’ assez exceptionnel…

Etiez-vous, avant cela, habitués à voyager ?
Nos filles n’ont jamais été un frein à nos plus improbables voyages, bien souvent, elles en étaient même le moteur. Dès leur plus jeune âge (le congé maternité a souvent suscité un voyage), nous constations qu’elles s’ adaptaient à toutes conditions, parfois même, mieux que nous étions susceptibles de le faire, adultes.
Nous avons toujours conçu le voyage de façon itinérante. Pratiqué d’abord sous tente, nous lui avons rapidement préféré l’usage de fourgons aménagés. Nos destinations d’abord « proche-européennes » se sont peu à peu étendues (Turquie, Maroc, etc). Avides de nouvelles découvertes, nous avons ressenti l’envie d’aller voir plus loin encore. Notre voyage en Afrique australe (Namibie et Botswana) demeure à ce jour notre souvenir le meilleur. Nous sommes convaincus qu’il a réellement motivé le projet de « La Grande Escapade » que nous vivons aujourd’hui. 

Justine et les Tours Petronas de Kuala Lumpur, MalaisieJustine et les Tours Petronas à Kuala Lumpur en Malaisie

Vous êtes dans la dernière partie de votre voyage, pouvez-nous dire si il y a des choses que vous regrettez ?
Peu de temps avant notre départ, nous avons fait l’acquisition assez onéreuse d’un ordinateur portable. Il a, semble-t-il, beaucoup moins bien supporté le voyage que nous, tombant très rapidement en panne. Nous l’avons remplacé par une tablette 1er prix achetée en cours de voyage qui nous donne entière satisfaction jusqu’à maintenant.
Nous regrettons également de ne pas être plus assidus dans la mise à jour de notre blog, mais cela se révèle vraiment beaucoup plus compliqué que nous aurions pu l’imaginer. Cela nécessite un temps infini… dont nous ne disposons pas forcément durant ce voyage.
La météo nous à un peu gâché certaines balades qui nous tenaient particulièrement à cœur. Par ailleurs, les occasions d’assister à un match de rugby en Nouvelle-Zélance, ou encore un match de football à Buenos Aires ne se sont pas présentées… Nous aurions bien aimé ! Autre rendez-vous raté, celui avec les pingouins ou encore les baleines : leur flux migratoire ne s’est jamais accordé avec le nôtre.

Quelles ont été jusqu’à présents vos plus beaux souvenirs ou vos plus belles surprises ?
Quelques événements marquants ont particulièrement contribuer à rendre « La Grande Escapade » vraiment extraordinaire : nos séjours sur les îles isolées de Kapas et de Tioman en Malaisie (auquel on peut ajouter notre trek dans la jungle) ; l’ île de Seraya et la fabuleuse croisière dans le Parc de Komodo entre Florès et Lombok (Indonésie) ; la « Grande Barrière de Corail » et le « Centre Rouge » en Australie ; l’ expérience aquatique vécue à Bora-Bora ; notre séjour à Maupiti ; les « Moai » de l’ Ile de Pâques ; la croisière nous ayant permis de nous rendre au Cap Horn (Chili) ; le Perito Moreno et les chutes d’Iguazu en Argentine.
Mais la plus belle surprise demeure sans doute notre découverte de l’Asie du Sud-Est. Nous l’appréhendions un peu, car nous avouons avoir beaucoup de mal à être confrontés à la misère, et sommes réellement mal à l’aise vis-à-vis des sollicitations qu’elle engendre. Aussi, avions-nous choisi des destinations jugées plutôt softs, délaissant certains pays (comme l’Inde) pour lesquels nous ne nous sentions pas encore prêts. Finalement, nous avons adoré le Sri Lanka, la Malaisie, mais plus encore peut-être l’Indonésie.

Croisière de Florès à Lombok, IndonésieCroisière de Florès à Lombok, Indonésie

Comment envisagez-vous votre retour ?
Difficile aujourd’hui de parler du retour ! D’ailleurs, pour l’heure, nous ne l’évoquons pas encore. Une chose est sûre, c’est qu’il sera suivi à plus ou moins long terme d’un nouveau départ !

Comment Justine voit-elle l’avenir désormais ?
Incertaine avant notre départ quant à son choix d’orientation, Justine semble désormais bien décidée à travailler dans le secteur du tourisme, qu’elle souhaite exercer à l’étranger. Après une « année blanche » scolairement, elle désire se diriger vers ce domaine, intégrant une école préparant au Bac Pro Accueil, formation assortie d’un contrat d’apprentissage dans une agence de tourisme… Les démarches sont actuellement en cours.

Si chacun de vous devait donner 1 conseil à des voyageurs qui ont peur de se lancer, quel serait-il ?
Justine : « Peur de se lancer ? C’est que vous n’êtes pas encore réellement motivés pour partir ! »
Barbara : « Peur de se lancer ? Outre-passer vos peurs ; faites-en un défi ! »
Jean-Fi : « Peur de se lancer ? Bousculez la vie, sortez de la routine, perturbez les habitudes… Ca en vaut vraiment la peine ! »

Justine, épuisée du voyageJustine, épuisée du voyage

Vous pouvez suivre les aventures de Justine, Barbara et Jean-Fi au cours de leur Grande Escapade sur leur blog http://lagde.jimdo.com et sur leur page Facebook www.facebook.com/lagdescapade !

 

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

2 Commentaires

  1. Travel and fashion

    Un très bel exemple de tour du monde. Merci à eux pour les détails et les infos notamment sur Maupiti qui risque d’être une destination pour mon deuxième tour du monde.

    Le CNED est également une très belle expérience, je l’ai connu pour ma part pour le cours préparatoire / CE1 en voilier pendant 2 ans et je n’ai jamais eu de difficulté , au contraire. Justine est un exemple de plus !

    Et merci à le mondezip pour cette interview 🙂
    Loïc

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *