Interview voyageurs : Anne et Yoni et leur tour du monde des casernes de pompiers

Interview voyageurs : Anne et Yoni et leur tour du monde des casernes de pompiers

Anne et Yoni sont récemment rentrés d’un voyage un peu spécial ; un tour du monde des casernes de pompiers… du monde ! À l’origine de ce surprenant projet, Anne, pompier volontaire depuis une dizaine d’années à Poitiers. À ses côtés, son compagnon Yoni, précieux allié pour parcourir le monde et rencontrer les populations avec une approche d’un autre genre : par le biais du métier de pompier.

Leur itinéraire Zip World fut le suivant : Paris – Colombo – Delhi // Pékin – Tokyo – Manille // Denpasar Bali – Cairns // Melbourne – Christchurch // Auckland – Santiago – Buenos Aires – Sao Paulo – Lima – Cancun // Mexico – Los Angeles // New York – Paris.

 

Bonjour Anne et Yoni, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Nous sommes un couple originaire de Poitiers. Anne à 30 ans et a effectué des études en gestion des catastrophes naturelles avant de travailler quelques années pour l’agglomération de Grand Poitiers. En parallèle, elle est pompier volontaire depuis une dizaine d’années à Poitiers. Yoni, 32 ans, a étudié dans le domaine informatique et a travaillé 10 ans à la Banque Postale.

Vous avez mené un projet de voyage assez unique. Avez-vous choisi les pays traversés en fonction des casernes que vous souhaitiez voir ?
Nous avons commencé par faire chacun une liste des pays que nous voulions voir, puis nous avons mis nos souhaits en commun. Nous avons dû faire quelques compromis pour finalement arriver à cette liste de 20 pays. Ensuite, nous avons cherché des contacts pour visiter des casernes ou des centres de crise.

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : au JaponAnne et Yoni dans une caserne japonaise

Quels sont les 20 pays en question ?
Le Sri Lanka, l’Inde, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Chine, le Japon, les Philippines, la Malaisie, l’Indonésie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili, l’Argentine, la Bolivie, le Pérou, Cuba, le Mexique, les États-Unis, et le Canada. La Bolivie ne faisait pas partie de notre plan initial, mais nous avons fait un détour pour passer 3 jours dans le Salar d’Uyuni. Concernant l’Argentine, nous y avons finalement fait un passage éclair, car nous avons préféré passer plus de temps au Brésil avec notre famille venue nous rendre visite.

Quel était votre objectif dans ce voyage à la rencontre des pompiers du monde ?
L’objectif était avant tout de vivre de belles rencontres humaines, mais aussi de pouvoir prendre la mesure des similitudes et différences avec les techniques françaises, le matériel, les procédures… Nous filmions notre périple et espérons pouvoir monter un petit « reportage » sur nos rencontres grâce à notre partenaire Pomme Verte.

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : au VietnamAnne et Yoni avec des pompiers vietnamiens

Comment vous y êtes-vous pris pour organiser votre voyage et contacter/rencontrer ces différentes casernes de pompiers ?
Nous avons réussi à avoir quelques contacts avant notre départ grâce à des pompiers français basés en Asie. Nous avons aussi reçu des contacts grâce à l’association Pompiers de l’Urgence Internationale (PUI), qui fait un travail remarquable sur la scène internationale lors des catastrophes. Puis pour le reste, nous utilisons les réseaux sociaux pour contacter des pompiers des pays où l’on se rend. Et lorsque nous n’arrivons pas à avoir de contact, nous allons directement nous présenter à la caserne en expliquant notre projet.

Avez-vous réussi à rendre visite à des pompiers dans chaque pays visité ?
Nous avons rendu visite aux pompiers dans chaque pays mais la visite des casernes n’a pas été aussi facile que nous l’avions envisagé. Notamment en Chine et Vietnam, pays communistes qui n’ouvrent pas facilement leurs portes à des personnes étrangères…

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : en ChineAnne et Yoni entourés de pompiers chinois

La réalité du voyage est souvent assez différente de l’idée que l’on avait en tête au départ… Avant de partir, vous planifiez également de dormir en caserne le plus possible. Dans la réalité des faits, est-ce que cela a été possible ?
Cette volonté était effectivement un peu utopique mais nous voulions essayer. Nous nous sommes vite heurtés à la réalité. En Asie, les moyens sont plus qu’insuffisants et les installations sont précaires. De plus, la majorité du temps, les femmes ne sont pas admises… Nous avons donc abandonné cette option.

À ce sujet, avez-vous rencontré beaucoup de femmes pompiers dans les casernes visitées ?
Très peu. En général elles sont cantonnées aux tâches administratives et ne vont pas sur le terrain. L’Australie est le pays où nous en avons rencontré le plus, avec le Chili. Alors que depuis quelques années, un mouvement de promotion du volontariat féminin en France se met en place, d’autres pays sont très en retard.

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : en Nouvelle-ZélandeEn compagnie d’un pompier néozélandais

Les pompiers que vous avez rencontrés sont-ils, eux aussi, curieux de connaître la réalité des pompiers en France ?
Nous avons rencontré des pompiers très curieux comme à Shanghaï, Jakarta ou encore Singapour car ils ont moins l’habitude d’échanger avec d’autres pompiers. Certains étaient moins curieux, comme en Australie, car ils possèdent déjà une approche de notre fonctionnement.

Vous a-t-il été possible d’aider les pompiers sur place lors de missions ?
Pour des questions de sécurité et d’assurances, nous n’étions pas autorisés à les aider en quoique ce soit. En revanche en voyant le manque de moyens de certains, cela nous a donné envie de faire quelque chose [au retour, NDLR] pour les aider, comme une collecte d’uniformes par exemple.

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : à Rio de Janeiro, au BrésilÀ Rio de Janeiro, au Brésil

Qu’avez-vous appris du métier de pompiers hors de la France ?
Nous avons appris que c’est un métier majoritairement bien vu, et que bon nombre d’entre eux le font pour être vus comme des héros ! Excepté à Singapour, où le métier est « mal » perçu car moins bien payé que les autres emplois. Nous avons rencontré différents statuts car certains sont militaires, certains font partie d’une branche de la police, d’autres encore n’ont pas de volontaires, tandis que le Chili, par exemple, ne fonctionne quasiment exclusivement qu’avec des volontaires ne percevant aucune rémunération. Nous avons aussi pu prendre la mesure de l’expertise française en sécurité civile, et de son rayonnement au niveau mondial.

L’accueil a-t-il toujours été chaleureux ?
L’accueil a toujours été très chaleureux et les échanges extrêmement intéressants. Beaucoup aiment partager leur métier et leur passion.

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : en MalaisieAnne et Yoni en Malaisie

Plus globalement, quel souvenir gardez-vous de votre voyage ?
Nous avons déjà vécu énormément de bons moments, de nombreuses belles rencontres avec certains locaux et voyageurs qui sont devenus des amis. L’une d’entre elles reste notre discussion avec un pêcheur Sri Lankais qui nous a raconté comment il a survécu au tsunami de 2004. Ou encore notre trip en scooter dans le nord Vietnam à la rencontre de la population Hmong où nous étions seuls, loin des sentiers touristiques. La Chine restera aussi une découverte inoubliable avec sa culture si différente. Sans oublier l’échange avec les pompiers japonais qui sont intervenus lors de la catastrophe de Fukushima il y a quelques années. Notre plus grosse déception restera l’Inde, où nous sommes tombés malades, ce qui nous a contraint à rester alités plusieurs jours et ne voir que la capitale, alors que nous avions prévu tout un périple…

Le tour du monde des casernes de pompiers d'Anne et Yoni : au JaponVisite d’une caserne japonaise

Comment s’est passé votre retour à la maison ? Quels sont vos projets pour la suite ?
Avons notre départ nous savions que nous ne voulions pas revenir nous installer en France. Nous rentrons tranquillement pour les fêtes de Noël, puis repartirons quelques mois en Asie, continent qui nous a beaucoup plu. Ensuite, nous envisageons de tenter notre chance au Canada.

Anne et Yoni durant leur tour du monde ; ici en Nouvelle-ZélandeEn Nouvelle-Zélande

Autre chose à ajouter ?
Ce tour du monde, nous l’avons planifié il y a 2 ans, il nous a fallu économiser avant de partir et nous avons dû gérer un budget pour pouvoir, à la fois ne pas trop se priver, et aussi avoir assez pour faire tout ce que nous avions prévu. Ce voyage, nous en avons rêvé et maintenant que nous l’avons vécu, nous savons que nous avons fait le bon choix. C’est un projet faisable par tous, nous avons juste eu le courage de tout quitter et de nous lancer vers l’inconnu. Il est certain que c’est plus confortable de garder ses habitudes. Mais les habitudes ne sont-elles pas faites pour être changées ?!

 

Le blog d’Anne et Yoni, leurs articles, photos, et rencontres : http://lemondedespompiers.com
Leur page Facebook : Firefighters World Tour

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *