Interview voyageurs : Le slow travel d’Audrey et Mathieu

Interview voyageurs : Le slow travel d’Audrey et Mathieu

Le « slow travel », on en entend beaucoup parler ces temps-ci. Comme si, il y a quelques années, certains voyageurs s’étaient « réveillés » en réalisant que de courir pour voir un « maximum de choses », ce n’était pas nécessairement optimal ; et c’est donc comme si la prise de conscience avait opéré à ce moment-là. En réalité, les premiers voyageurs, les anciens explorateurs, les baroudeurs précurseurs d’il y a 20 ou 30 ans qui se faisaient appeler hippies ou marginaux, c’est ainsi, qu’ils voyageaient. En prenant leur temps. Lentement. Sans faire la course. Sans être appâtés par tout un tas de lieux « à voir absolument » ; ils faisaient confiance à leur instinct, à l’autre, à la découverte et à la surprise. Si aujourd’hui on voyage « en courant », il est évident qu’Internet y est pour beaucoup. Les photos de tous ces lieux plus beaux les uns que les autres inondant nos fils d’actualité, les articles humblement intitulés « les 30 endroits à voir avant de mourir »… Pourtant, certains voyageurs décident de voir la vie et le voyage autrement. Parmi eux, il y a Audrey et Mathieu, un couple de la région de Lyon qui a réalisé un « tour du monde » pas comme les autres : Lyon – Oakland (San Francisco) – Honolulu – Auckland // Christchurch – Melbourne // Sydney – Tokyo // Osaka – Lyon. Un an pour visiter 5 pays « seulement », contre une douzaine en moyenne chez les « tourdumondistes » qui partent pour une durée similaire.

Bonjour Audrey et Mathieu, pouvez-vous nous dire qui vous étiez avant de partir en voyage ?
Nous sommes un couple de la région lyonnaise de 30 ans (Audrey) et 32 ans (Mathieu), rencontrés sur les bancs de la fac. On travaille tous les deux dans le domaine du biomédical. Ca faisait plusieurs années qu’on partait régulièrement en voyage, et à force de lire des blogs de PVTistes, l’idée a fait son chemin ! Un soir Audrey est rentrée du boulot en mode « il faut qu’on le fasse ». Après quelques renseignements et 1 jour de réflexion, c’était décidé !

Audrey & Mathieu lors du trek du Tongariro Alpine Crossing, en Nouvelle-ZélandeAudrey & Mathieu lors du trek du Tongariro Alpine Crossing, en Nouvelle-Zélande

Dans le cadre de ce voyage, vous avez choisi de ne visiter que 5 pays en 1 an. C’est très différent de ce que font la plupart des « tourdumondistes ». Pourquoi ce choix ?
L’idée de base était de rester une année entière en Nouvelle Zélande. Mais la Nouvelle-Zélande, c’est loin… On y était déjà allés en 2013, et la durée du trajet avait laissé de mauvais souvenirs. Nous avons donc d’abord cherché des escales sympas permettant de couper le trajet. San Francisco ou Tokyo par exemple. Dans ces moments-là, on se rend alors rapidement compte que les billets « tour du monde » valent vraiment le coup. On a donc modifié notre projet en ajoutant Hawaii et l’Australie, qu’on ne serait peut être jamais allés visiter autrement. La Chine s’est rajoutée au programme suite à l’invitation d’une amie qui vit à Shanghai. Dans ce voyage, nous voulions prendre notre temps. On souhaitait sortir de notre schéma de voyage habituel où l’on essaie de faire un maximum de choses pour compenser le manque de temps. On souhaitait ralentir pour profiter vdu pays et aller plus loin que les « must do » cités dans les guides. Et puis bien sûr, il nous semblait primordial de s’imprégner de l’ambiance, des habitudes, et de partager le mode de vie de ceux qui vivent différemment de nous.

Le Mont Cook, en Nouvelle-ZélandeLe Mont Cook, en Nouvelle-Zélande

Si on devait résumer, nous avons principalement choisi Hawaii (Big Island), pour son côté sauvage, sa faune sous-marine, et ses volcans. Puis l’Australie, car, quitte à aller « down under », ça aurait été dommage de ne pas y faire un saut pour 3h d’avion ; et puis l’Opéra de Sydney, les kangourous sauvages et les « 12 Apôtres » nous attiraient vraiment ! Ensuite, le Japon, c’était le fantasme geek de Mathieu, tant par sa modernité que par son histoire. Et pour finir, Shanghaï/Beijing n’étaient pas prévus ; comme on le disait plus haut, l’invitation de notre amie était vraiment une belle opportunité qu’on ne pouvait pas louper.

Combien de temps avez-vous passé dans chaque pays et comment y avez-vous vécu ?
Nous sommes restés 2 mois à Hawaii et avons fait du HelpX dans une exploitation de noix de macadamia/café. On travaillait 4 matins par semaine et on partait visiter l’île en voiture pendant notre temps libre. En Nouvelle-Zélande, nous avons visité les deux îles en 7 mois et demi. Globalement on restait 2-3 semaines en HelpX dans un coin sympa puis on partait en roadtrip dans notre van. Avant de recommencer ! Nous sommes restés 5 semaines en Australie, nous avons fait un roadtrip en van et avons dormi dans des airbnb à Sydney et Melbourne. Concernant la Chine, nous n’avons passé qu’une semaine chez notre amie à Shangaï, et 1 semaine en auberge de jeunesse à Beijing. Pour terminer, nous sommes restés 1 mois au Japon en sac à dos (avec nuits en auberges de jeunesse) et avons profiter du Japan Rail Pass.

Quels sont vos meilleurs souvenirs pour chacun des pays visités ?
Nos meilleurs souvenirs sont avant tout des rencontresC’est vrai qu’en un an, on en a rencontré du monde ! Entre les autres voyageurs ou nos rencontres en HelpX, que ce soit dans les auberges ou dans les transports… C’est vraiment le plus chouette selon nous ! Mais à Hawaii, nous garderons en mémoire la faune sous-marine, la lave et les couchers de soleil. En Nouvelle-Zélande, nous avons adoré notre vie en van, les magnifiques paysages, le calme, … ainsi que notre mariage improvisé ! En Australie, ce qui nous a marqués, ce sont les animaux que l’on ne trouve que là-bas (koalas, kangourous, wombats…) ! En Chine, ça a été la surprise totale ! La Chine, ça ne s’invente pas. Nous avons adoré la Grande Muraille et la bouffe ! Pour ce qui est du Japon, sans hésiter, c’est d’avoir voyagé en shinkansen, mais également les forêts de Yakushima, et la folie de Tokyo.

Audrey & Mathieu lors de leur mariage improvisé en Nouvelle-ZélandeAudrey & Mathieu lors de leur mariage improvisé en Nouvelle-Zélande

Euh… Votre mariage improvisé ?! 🙂
Oui ! Ça s’est fait en 2-3 jours. On était en HelpX à Taupo, en Nouvelle-Zélande, et on discutait à table des différences administratives NZ/France. Notamment sur le fait de pouvoir acheter une voiture en 5 minutes à la poste. Célia, notre hôte, qui savait qu’on était en couple depuis 9 ans, nous dit en rigolant : « Vous pouvez même vous marier en 1 semaine en Nouvelle-Zélande ! En plus, ça tombe bien j’ai une amie Celebrant (les personnes habilitées à marier en Nouvelle-Zélande) et puis on pourrait faire ça ici… blabla ». Elle a donc appelé son amie (Donna) et nous a dit qu’elle était dispo le mardi (on était samedi). Au début c’était plus une blague qu’autre chose, mais on y a réfléchi et on s’est dit que c’était une bonne idée, que ça marquerait encore plus ce voyage et permettrait de trancher sur certains désaccords que l’on avait à propos du mariage, etc… On a donc dit OK. Célia a rappelé Donna qui n’était finalement plus dispo le mardi, mais le lundi ! Gloups donc J+3. Il a fallu tout acheter à la va-vite : habits, alliance. Célia s’est occupée des invités et des repas… On a prévenu nos familles la veille, ils ont suivi la cérémonie sur Skype. C’était fun, on n’a pas eu le temps de stresser ! On s’est donc mariés dans une maison de fou, devant une vingtaine de personnes que l’on ne connaissait pas, qui nous ont tous fait des cadeaux, et avec nos parents sur Skype ! Un super souvenir. Officiellement nous ne sommes mariés que là-bas mais on a le certificat pour faire la validation ici. Nos hôtes/témoins viennent d’ailleurs nous voir en France en septembre. 🙂

Audrey & Mathieu sur la Grande Muraille de ChineAudrey & Mathieu sur la Grande Muraille de Chine

Un merveilleux souvenir, donc… Avez-vous en revanche vécu des déceptions, désillusions, problématiques, liées au fait que vous avez passé davantage de temps dans ces pays que dans le cadre d’un « tour du monde classique » ?
Disons que nous avons eu un petit coup de moins bien en hiver en Nouvelle-Zélande. Surtout quand il gelait dans notre van. On s’est dit quelques fois qu’on aurait dû aller en Indonésie. Sinon, il faut avouer qu’en restant longtemps dans un même endroit, on s’attache aux gens, aux environnements, aux choses. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais les départs peuvent rendre un peu tristes. C’est dur de revendre son van aussi. Les séjours d’une durée « classique » nous semblent maintenant trop courts. On s’entend souvent dire que l’on n’a passé « que » 5 semaines en Australie par exemple. Aussi, parfois, les helpX ne sont pas tops, surtout quand il n’y a pas un très bon feeling avec les hôtes. On a fait en sorte de ne pas rester là où ça ne se passait pas bien. Mais c’est tout ce que l’on a à signaler !

Que pensez-vous que votre voyage vous a apporté ?
Une année de sérénité (des rides en moins ?) et une volonté de vivre plus simplement et plus sainement. On revient plein de bonnes volontés. Ça donne des idées de changement, que ce soit dans nos habitudes de maintenant ou dans notre vie future. Les gens que l’on a rencontrés nous ont donné envie de devenir de meilleures personnes. Cela a également solidifié notre couple. Par contre cela ne calme pas du tout les envies de voyage… 🙂

À ce propos, comment se passe le retour ?
Au début, c’était super ; on a retrouvé nos proches, on a raconté un peu nos aventures et notre ressenti. Bref c’était assez euphorique. Et puis les choses se tassent, les gens se désintéressent de notre aventure et on est presque gênés d’en parler pour « ne pas parler que de ça ». Alors, à moins de repartir, il va falloir remonter dans le train du quotidien. On savait que ça allait être difficile, ça l’est un peu plus que prévu. Mais bon, Audrey a repris son travail, Mathieu en a retrouvé un et nous emménageons tout juste dans notre nouvel appartement. On va donc se poser un peu et se trouver de nouveaux projets pour commencer à tourner la page.

Audrey au bord du Lac Tekapo, en Nouvelle-ZélandeAudrey au bord du Lac Tekapo, en Nouvelle-Zélande

Si un voyage comme celui-ci était à refaire, que changeriez-vous ?
Pas très original, mais on prendrait moins d’affaires, et on partirait plus longtemps ! On ne préparerait peut-être pas notre retour. Car même en slow travel, la « deadline » du retour est pesante sur la fin.  On a peut être pas forcément profité de nos derniers jours au Japon, car on était tristes de rentrer.

Quels sont, d’après vous, les avantages et les inconvénients du slow travel ?
Le slow travel implique de prendre son temps. C’est voyager de manière radicalement opposée au quotidien rythmé et stressant qu’on avait en France. On ne voulait pas avoir des vacances d’1 an, mais avoir la sensation d’avoir changé de vie. Bon, ce n’est pas spécialement simple au début de laisser la place aux hasards, aux rencontres, mais on s’y fait vite. En restant plus longtemps quelque part, on passe moins de temps dans les transports. On est également moins impactés par la météo dans le sens où s’il fait moche aujourd’hui, bah c’est pas grave, on fera la rando demain. On prend aussi des habitudes locales comme aller au marché, retourner se promener aux mêmes endroits. On rencontre beaucoup plus facilement des locaux en se comportant comme eux. Il paraît qu’on limite aussi notre empreinte carbone par rapport à un tour du monde classique. On reste sceptiques sur ce point.
Mais au début, on a un peu l’impression de trainer. Ça peut être frustrant les premières semaines. On peut aussi prendre la facilité de faire trop de grasses mat’ ou de siestes, et au final remettre les choses au lendemain. Il peut y avoir des inconvénients administratifs comme l’âge limite du PVT (indispensable pour rester plus de 3 mois en NZ par exemple). Mais c’est réellement tout ce que l’on verrait comme désavantages au slow travel.

La vie en van d'Audrey & MathieuLa vie en van d’Audrey & Mathieu

Quelque chose à ajouter ? Un conseil pour les voyageurs qui hésitent encore ?
Faites-le !

Voilà un conseil radical, clair, et concis ! 🙂
Pour découvrir le blog qu’ont tenu Audrey et Mathieu durant leur voyage, c’est par ici !

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *