Tahiti, Bora-Bora, Huahine… La Polynésie française sans se ruiner, c’est possible ?

Tahiti, Bora-Bora, Huahine… La Polynésie française sans se ruiner, c’est possible ?

La Polynésie française sans se ruiner sur 24 générations, c’est envisageable ? Evidemment, cher voyageur. Tahiti, Bora-Bora, Huahine… Ces noms résonnent en nous comme la promesse d’un séjour paisible, les pieds caressés par ce sable blanc d’une douceur inouïe, par le bercement du clapotis de l’eau, ce lagon aux couleurs incroyables auquel fait écho la piscine de l’hôtel, bordé par des bungalows en bois dont la vue est sans doute la plus belle que l’on ne verra jamais ailleurs.

Nous boirons des coconuts à la paille et vivrons en bikini, cachés par un paréo au tissu imbibé de monoï. Il n’y aura que nous, la nature luxuriante, les plages paradisiaques, les poissons colorés se promenant dans un petit cliquetis maritime au milieu des coraux, les crabes et les bigorneaux se réfugiant pendant ce temps sous les cocotiers dressés là, fiers et grands, surveillant ces paysages édéniques qui ne demandent qu’à être observés, par toi, par vous, par nous, quoi.

Mais voilà. Il y a aura tout ça, et dans un coin de notre tête, vraisemblablement le vague souvenir de la cravate mauve de notre conseiller bancaire, s’immisçant à chaque instant au coeur ce doux rêve, comme pour nous rappeler que nous sommes en train de nous endetter, nous et les 5 générations qui nous succéderont.

Car oui, le paradis a un prix.

Coucher de soleil à Huahine (Polynésie française)Coucher de soleil sur l’île de Huahine

 

Le billet d’avion

Problématique : En s’y prenant relativement en avance, notons que pour un A/R Paris-Papeete, il faudra compter 2.000€.
Si l’on s’y prend à la dernière minute, notons que pour un A/R Paris-Papeete, il faudra aussi compter 2.000€, voire 2.500€.
Et enfin, si l’on s’y prend très en avance (8 ou 9 mois par exemple), comptons carrément 3.700€. Oui, c’est bizarre, mais c’est comme ça.

Solution : Aux « petits » problèmes, nous avons de grandes solutions. Rappelons-nous, cher voyageur, qu’il y a quelques semaines, nous conseillions, chez Zip World, quelques itinéraires possibles autour du monde. Pour les deux du fond qui seraient passés à côté, il s’agissait de l’article sur les tendances en matière de voyage (NDLR : nous avons fait un articles pour les tendances 2014, puis pour les tendances 2015, 2016 et évidemment, 2017). On y apprend que le prix d’un billet d’avion tour du monde peut être moins élevé qu’un simple A/R Paris-Papeete. Alors pourquoi s’en priver ?*

Bateau polynésien dans le lagon de Bora-Bora (Polynésie française)Bateau polynésien sur le lagon de Bora-Bora

L’hébergement

Problématique : Partons du principe que l’on s’y prend plutôt en avance – entre 4 et 6 mois, délai qui pourrait sembler raisonnable pour une destination aussi lointaine que la Polynésie.
Pour un hôtel basique sur l’île de Tahiti (2 à 3*), il faut généralement compter une centaine d’euros la nuit. Il y a évidemment quelques exceptions, révélant des petits hôtels à 50 ou 60€ la nuit, mais ceux-là seront souvent situés dans des coins moins « recherchés » de l’île.
Pour un hôtel plus luxueux (4* et plus), avec la vue et les services qui vont avec, mieux vaut songer à doubler, voire tripler le budget hébergement précédemment cité.
Sur Moorea, « l’île-soeur » de Tahiti (en face de cette dernière), les prix sont sensiblement les mêmes.

Là où les choses se compliquent considérablement, c’est lorsque l’on souhaite s’éloigner dans les atolls aux noms évocateurs de petits paradis tropicaux, si éloignés de la Mère Tahiti que l’on pense que notre banquier nous oubliera. On a malheureusement tort. À Bora-Bora, il est très difficile de trouver un hébergement à un prix décent ; le 4* est la base, le 5* la norme. C’est donc tout naturellement que certains hôtels – aussi paradisiaques soient-ils – proposent la nuit à plus de 2.000€. Il existe bien quelques pensions de famille ou hôtels plus modestes, mais les prix peuvent parfois sembler injustifiés pour le confort proposé, et surtout, ils sont pris d’assaut par les voyageurs plus organisés que nous.

Solution : Pour trouver les meilleurs hébergements aux meilleurs prix, le plus sûr reste le bouche à oreille ! Il ne faut pas hésiter à demander aux locaux et aux métropolitains installés sur place. Ils auront sans aucun doute des bons plans à partager. Sinon, les forums de voyageurs sur Internet sont une véritable mine d’informations, regorgeant des plans les plus intéressants. Les plus petites structures et/ou les hôtels les moins chers ne figurent pas forcément sur les sites Internet de réservation en ligne… Car ces derniers prenant des commissions importantes, certains hôteliers préfèrent ne pas céder à cette tentation. Les « pensions de famille » sont généralement moins chères que les hôtels lambda, mais attention, l’accueil et la propreté ne sont pas toujours au rendez-vous, pendant que d’autres sont de véritables petits havres de paix et d’authenticité ; d’où l’importance de recueillir des avis au préalable. On peut également trouver quelques guesthouses avec dortoirs pour les backpackers (ça ne court cependant pas les rues en Polynésie…), encore une fois, ils ne sont pas forcément visibles sur les sites Internet de réservation, d’où l’importance de fouiller sur les forums et blogs de voyageurs pour recueillir les bonnes adresses.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les packs des tour-opérateurs et autres agences de voyage peuvent s’avérer plus intéressants si l’on se trouve à Tahiti, et que l’on veut se rendre à Bora-Bora ou dans l’archipel des Tuamotu, par exemple, plutôt que de tout acheter séparément. Les hôtels cassent leurs prix à ces agences, afin d’être sûrs de pouvoir remplir leurs chambres. Généralement, ils proposent le vol inter-îles, l’hébergement, la pension complète et les excursions, en particulier sur les îles peu touristiques.

Bungalows sur le lagon de Bora-Bora (Polynésie française)Bungalows sur pilotis à Bora-Bora

La vie sur place

Problématique : Sans être forcément tous hors de prix, la majorité des restos propose des prix français, voire parisiens, ce qui peut poser un problème aux petits backpackers fauchés, habitués au riz frit en Asie ou à la pizza huileuse et flasque à $1 des USA. L’idée d’économiser en faisant des courses au Carrefour de Tahiti pourrait être bonne, mais attention, la déception pourrait être grande ; 13,20€ les 4 pots de yaourts ou bien 9€ le camembert, et ceci n’est pas une erreur d’affichage. Pour les vêtements, c’est la même chose, il y a moins de choix et ils sont plus chers que partout ailleurs dans le monde. La raison a toute cette folie budgétaire est très simple : les produits sont importés, et arrivent par avion, eux aussi – souvenons-nous, notre billet d’avion à 2.000€… eh bien voilà ! Il ne faut pas oublier que notre pot de yaourt doit prendre l’avion, lui aussi.

Solution : Dénicher les petits restaurants locaux sur les îles suffisamment développées touristiquement, opter pour les snacks de bord de route et les célèbres roulottes de la place Vaiete à Papeete, choisir les produits locaux dans les supermarchés (fruits polynésiens, poisson), voire les produits américains (ils sont bien moins chers que les français), et éviter autant que possible les produits laitiers et fromages français dont le prix est proche de l’indécence.

Snorkeling au milieu des poissons à Bora-Bora (Polynésie française)Snorkeling au milieu des poissons à Bora-Bora

 

Les transports

Problématique : Il y a des taxis, oui. Mais leurs tarifs comptent parmi les plus chers du monde. Il faut compter l’équivalent d’une trentaine d’euros pour un trajet de moins de 6 kilomètres. Il y a bien des bus et des services de « camionnettes », appelés plutôt « trucks », mais le service est assez irrégulier, les horaires très flexibles et les arrêts incertains. Aussi, après 18h (heure du coucher du soleil), ils ne circulent plus.
Concernant les transports entre les différentes îles, à moins d’avoir 6 mois devant soi, le bateau n’est pas vraiment préconisé (sauf le ferry entre Tahiti et Moorea). Air Tahiti propose des pass avion « inter-îles », mais les prix de ces derniers sont plutôt élevés.

Solution : Pour être indépendant et ne pas se retrouver bloqué après 18h, louer une voiture peut être assez utile sur Tahiti et Moorea (le ferry entre les deux îles peut transporter la voiture). Sur les autres îles, compte tenu de leur taille, les pieds et les vélos suffisent amplement, et de toute façon, aucune location de voiture n’y est possible.
L’auto-stop peut être une alternative intéressante pour les adeptes. Mode de transport plutôt incertain, il peut cependant réserver de belles rencontres.
Comme dit plus haut (voir « hébergements »), les packs tout inclus des agences de voyage peuvent être plus intéressants en termes de tarifs, plutôt que d’acheter son vol inter-îles et son hébergement séparément. Il ne faut surtout pas hésiter à faire faire des demandes de devis par Internet ou bien à se renseigner sur place, dans les agences de Papeete.

Chacun l’aura donc compris, découvrir les merveilles polynésiennes a un prix qu’il ne faut pas négliger, MAIS, il existe bien des solutions pour minimiser les dégâts financiers. Le tout est de prévoir un budget suffisamment large pour éviter que cela gâche le voyage.

Quelques bonnes adresses de site web pouvant être utile pour l’organisation d’un séjour en Polynésie :

> Air Tahiti, pour les vols inter-îles : www.airtahiti.fr
> Tahiti Tourisme, pour organiser son voyage : www.tahiti-tourisme.fr
> Tahiti Guide, guide touristique en ligne : www.tahitiguide.com
> Voyage Forum, discussions sur la Polynésie : www.voyageforum.com/forum/polynesie-francaise/

Lagon et cocotiers à Bora-Bora (Polynésie française)Le lagon et les cocotiers de Bora-Bora

*Voir aussi les offres Zip Cheap à moins de 1.600€ : Cliquez ici.
Pour consulter les tarifs spéciaux des vols vers les îles du Pacifique (dont Tahiti) : Cliquez ici.

Crédit photos :
© La Grande Escapade – http://lagde.jimdo.com
© Marc Peltier – [email protected]
© www.allervoirailleurssijysuis.fr

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

8 Commentaires

  1. Simon

    Bonjour,

    Je vais profiter de filer aussi quelques bons plans vu qu’on y est rester pendant 6 mois à naviguer d’iles en iles en les Tuamotus et l’archipel de la Société.

    L’alternative pas cher aux pensions, vraiment pas cher, c’est le camping! Et oui, il est possible de camper, dans de très bonnes conditions si on évite la saison des pluies/cyclones, en Polynésie. On a particulièrement apprécié le relais Marama à Fakarava…Et avoir un peu plus d’argents à mettre dans les plongées, c’est pas mal du tout!! On a aussi camper à Tikehau chez Justine. Très sympa, il y a un snack pas loin à vélo, et je conseille vivement d’aller jeter un oeil côté océan et pas seulement rester sur le lagon. Les fins de journée sont justes magnifiques. Et Justine peut organiser un excursion à la journée à l’ile d’Eden, ile aux oiseaux, rands p.m.t. avec les mantas, etc pas, mais alors vraiment pas désagréable 😉

    Sinon, pour se déplacer d’iles en iles, notre solution fut celle des locaux: les cargos qui approvisionnent les iles! Pas tous acceptent les passagers, la priorité est donnée aux locaux (ce qui est normal pour moi), mais c’est juste magique! Notre option pour les Tuamotus: le Marie Stella.

    Et +1 pour Chez Guynette à Huahine: on devait y rester 4 jours…On y est resté 10!! Super feeling avec Laurence et son mari, adorables et serviables tous les deux!! Mais on va rester discret: Huahine est un petit paradis pas trop fréquenté et c’est très bien comme ça!!

    Après je ne suis pas objectif sur la Polynésie…un gros coup de coeur qui me fait réfléchir à y retourner…définitivement!!

    1. Anne

      Merci Simon pour ce témoignage très pratique et très pertinent ! On comprend aisément pour l’envie d’y retourner définitivement. La Polynésie est un petit paradis ! Merci encore et à bientôt !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *