Quelles îles choisir aux Philippines ?

Quelles îles choisir aux Philippines ?

Les Philippines, c’est un secret qui a longtemps été – plus ou moins – bien gardé. Très touristique par endroits, comme complètement désert à d’autres, on peut encore y venir, en 2017, et y trouver la quiétude que l’on imagine lorsque l’on cherche un petit paradis sur Terre, loin des « tourments » de la vie occidentale.

Mais le pays compte plus de 300.000 km2 de superficie, répartis sur plus de 7.000 îles. On n’apprendra donc rien à personne en affirmant que de voyager sur un archipel – peu importe sa grandeur – peut vite s’avérer compliqué si l’on n’a pas préparé son voyage un tant soit peu à l’avance. Pas besoin de tout planifier au repas près, au risque que cela devienne un poil insipide. Il s’agit simplement de savoir ce qui nous intéresse le plus ; plages, nature, traditions, fiesta ? Ou un mix de tout ça ?

Nous avons donc préparé ce petit article, comme un guide préliminaire pour tout voyageur attiré par les Philippines. La suite sera très simple : acheter un billet d’avion et faire son sac à dos ! Plutôt facile, non ?

La White Beach de Boracay, PhilippinesLa White Beach à Boracay (photo : elmar bajora)

Étape n°1 : comprendre les Philippines

Parce que 7.000 îles, ce n’est pas du gâteau, il est important de comprendre comment se disposent les principaux archipels philippins.

La première chose à bien intégrer, c’est que trois zones se distinguent lorsque l’on parle géographiquement des Philippines :

  • Luçon, l’île du nord, qui abrite notamment la capitale Manille ;
  • les Visayas, au centre, qui regroupent les îles de Negros, Cebu, Bohol, Panay, Masbate, Samar et Leyte ;
  • et Mindanao, au sud.

Deux autres zones s’ajoutent aux trois précédentes : les îles de Sulu, qui se trouvent au sud-ouest de Mindanao, et l’archipel de Palawan, à l’ouest des Visayas, qui peut se vanter de regrouper 1.700 îles à lui tout seul !

On ne va pas se mentir, Palawan est vraisemblablement l’un des plus beaux et des plus impressionnants archipels du pays, mais c’est aussi le plus visité. Il n’y a, finalement pas, de secret si bien gardé !

Étape n°2 : quand partir aux Philippines ?

La meilleure période pour voyager aux Philippines, c’est de janvier à mai, évitant ainsi la mousson et les typhons. Mars et avril offrent des conditions climatiques idéales, mais sont aussi, évidemment, les mois les plus touristiques, avec la période des fêtes de fin d’année. Le bon compromis, pour ceux qui n’aiment pas les foules, pourrait être de voyager en novembre ou en mai.

Étape n°3 : que faire sur chacune des îles ?

C’est là que ça se corse ! À l’instar des îles de Thaïlande, pour lesquelles nous avions rédigé cet article, on pourrait affirmer qu’aux Philippines aussi, à chaque envie son île, ou presque ! Que l’on s’y rende pour cette séance de détente-baignade-bronzage annuelle bien méritée, pour des vacances plus « sport & aventures », pour faire la fête tous les soirs sans s’arrêter, ou encore pour vivre au rythme des locaux, on trouvera forcément son bonheur aux Philippines.

Bien sûr, la liste n’est pas exhaustive et des commentaires à cet article seraient les bienvenus, afin de l’étayer le plus possible.

Les Philippines pour… vivre au rythme des habitants et de leurs traditions

Pour découvrir la culture philippine traditionnelle, cap sur Batad, au nord de l’île de Luzon. Ici, on est coupés du monde, ce qui nous oblige à nous mettre au rythme des locaux. Pour ne rien gâcher, Batad est un petit paradis pour les voyageurs en quête de tranquillité, perdu dans les rizières et au beau milieu des montagnes. De façon plus globale, toute la région d’Ifugao (ainsi que les voisines Mountain Province ou Kalinga) méritent le détour. Une escale à Sagada est également conseillée, notamment pour découvrir les surprenants rites funéraires des ethnies vivant là ; les cercueils y sont accrochés à flanc de falaise. Plutôt surprenant, non ?

Les rizières de Batad, PhilippinesLes rizières de Batad (photo : Stephen Bugno)

Dans les Visayas, on ne pourrait pas faire l’impasse sur le Festival Ati-Atihan ! Célébrant Jésus-Christ (eh oui, beaucoup de Philippins sont Catholiques !), ce festival haut en couleurs et en folklore se tient chaque année en janvier sur l’île de Panay. On y danse, on y mange, on y boit ; difficile de mieux appréhender les traditions philippines qu’en assistant à l’un de leurs festivals annuels les plus importants !

Festival d'Ati-Atilhan, PhilippinesDéfilé Ati-Atihan (photo : Mic Ty)

Si Palawan est sans aucun doute l’archipel le plus fréquenté du pays, il n’en reste pas moins que l’on peut y trouver quelques coins à peu près épargnés par le tourisme. C’est notamment le cas de Port Barton – qui pourrait potentiellement devenir bien plus populaire d’ici quelques années, alors hâtons-nous ! C’est une petite ville idéale pour recharger les batteries dans un cadre absolument magnifique ; on y trouve, notamment, une très belle plage peu fréquentée et des offres d’hébergement vraiment intéressantes.

Plage de Port Barton, PhilippinesPlage de Port Barton (photo : WorldFish)

Les Philippines pour… profiter de paysages de cartes postales, de calme et de tranquillité

Tout le monde s’accordera à le dire, sur Luzon, des plages désertes, il y en a à la pelle ! Si la péninsule de Caramoan est très reconnue, notamment depuis le tournage de la 8ème saison de Koh Lanta, elle attire naturellement désormais les voyageurs. Mais l’immensité des lieux fait qu’il est toujours possible de trouver un petit coin tranquille ! Baler, à l’est de l’île, est également à recommander pour des plages tranquilles et sauvages, tout comme l’île de Palaui, à l’extrême nord de Luzon, qui est très difficile d’accès. Fouler le sable immaculé de Palaui se mérite ; d’ailleurs, aux dernières nouvelles, il n’y avait toujours pas de structures d’hébergement pour les touristes. Les deux seules options alors : le camping, ou la nuit chez l’habitant ! Plus accessible, Pagudpud, petite station balnéaire très tranquille, offrant des kilomètres de plages extraordinaires… et désertes !

Plage des Caramoan, PhilippinesPlage de la péninsule de Caramoan (photo : Eugene)

Dans les Visayas, on peut mentionner l’île de Bantayan, sur laquelle la tranquillité reste toute relative, car de nombreux Occidentaux y ont élus domicile. Il n’empêche que la vie y semble simple et agréable. Siquijor est aussi une étape de choix ; peu développée car réputée « hantée » par les Philippins, on y trouve peu de touristes, de belles plages sauvages, et de merveilleuses cascades et piscines naturelles ! Un paradis ensorcelé, en somme ! N’oublions pas les îles Camotes, magnifiques et tranquilles. Plusieurs resorts ont été construits, notamment sur les plages de Santiago Bay et de Mangodlong, ainsi que sur son île-soeur, Poro.

Les îles Camotes, PhilippinesLes îles Camotes (photo : Angelica Negro)

À Mindanao, on ne pourrait faire abstraction de White Island, cette île de sable blanc au large des côtes de sable noir de Camiguin. Impossible d’y séjourner car il s’agit en réalité d’un banc de sable, plus que d’une véritable île. Par contre, séjourner à Camiguin et sillonner l’île en scooter s’avère être une brillante idée, car cette charmante île volcanique recèle de très belles surprises.

Coucher du soleil à Camiguin, PhilippinesCoucher de soleil sur White Island et Camiguin (photo : Vincent Sanga)

À Palawan, le summum du paradis dans la tranquillité la plus absolue se trouve dans les îles Calamian, sur la petite île d’Ariara plus précisément. Ariara n’est rien d’autre qu’une île privée qui se loue en famille ou entre amis, personnel de maison inclus, pour la modique somme de 400 à 850 euros par personne… et par nuit ! Ah oui, le paradis a un prix ! Mais pour ceux qui auraient un budget très légèrement plus limité, et qui seraient donc prêts à se mêler un peu plus aux autres voyageurs, il y a bien sûr El Nido, ancien village de pêcheurs devenu fief des touristes en quête de beautés édéniques. On ne va pas se mentir, il y a évidemment du monde à El Nido, mais les tours en bateau dans l’archipel des Bacuit méritent amplement quelques heures à côtoyer nos congénères voyageurs. Dans le même ordre d’idée, il serait criminel de ne pas citer Coron, île paradisiaque préservée de toute construction hôtelière. Mais il suffit de dormir sur Busuanga, juste en face. On citera également Cacnipa, une superbe île qui, aux dernières nouvelles, ne comptait qu’un seul hôtel ! Le cadre et les hébergements sont sublimes, et les tarifs pas si élevés. On nous dit dans l’oreillette qu’il s’agirait de 15 à 20 euros la nuit (mais les prix ont peut-être évolué).

Archipel des Bacuit, PhilippinesArchipel des Bacuit (photo : Wim Hertog)

Les Philippines pour… s’adonner aux sports nautiques ou à la plongée

Il y a tant d’endroits pour plonger aux Philippines, qu’il serait véritablement difficile d’en faire une liste exhaustive. Mais notons que sur Luzon, Donsol est un must pour voir les requins-baleines (snorkeling possible). Dans les Visayas, pleins phares sur Malapascua, Negros, Sipalay, Apo et Cebu (spot de Moalboal). Malgré la toute petite taille de l’île de Malapascua, plusieurs sites sont à noter : Monad Shoal, pour observer les étonnants requins-renards ; Lapus-Lapus pour les coraux et poissons tropicaux ; ainsi que plusieurs autres pour observer des épaves. La petite île d’Apo est, quant à elle, un véritable paradis pour observer les tortues de mer géantes ! Le site de Moalboal, sur l’île de Cebu, surprend par sa variété ; des impressionnants bancs de sardines à ses fascinants requins-baleines ! Dans l’archipel des Palawan, les meilleurs coins sont bien évidemment l’île de Coron, ainsi que le Récif de Tubbataha (au large de Port Princesa). Ce récif emblématique figure dans le Top 10 des meilleurs sites de plongée au monde ; c’est un sanctuaire marin protégé, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Y sont répertoriés 600 espèces de poissons, 374 variétés de coraux (90% des coraux répertoriés aux Philippines), 14 espèces de requins, 12 espèces de dauphins et de baleines. Des tortues vertes et des tortues imbriquées nichent également sur les plages. Un endroit à voir absolument pour les mordus de plongée !

Fonds-marins d'Apo, PhilippinesFonds marins d’Apo (photo : Andrey Samsonov)

En ce qui concerne le surf et autres sports nautiques, il y a également beaucoup à dire. Mais insistons sur San Juan (La Union), Baler, et Daet sur l’île de Luzon ; sur Boracay dans les Visayas ; et bien évidemment, sur la très connue Siargao – avec son « Cloud 9 », réservé aux plus téméraires – à l’extrême Nord-Est de Mindanao.

Surf à Siargao, PhilippinesSur le chemin du Cloud 9, à Siargao (photo : Surfing The Nations)

Les Philippines pour… faire la fête !

On ne va pas passer par 4 chemins ; LA place pour faire la fête aux Philippines, c’est Boracay, dans les Visayas. On pourrait comparer l’île à Koh Phangan en Thaïlande, ou à Gili Trawangan en Indonésie. Et White Beach y est sans aucun doute « the place to be ». Sinon, on pourrait également citer Manille, la capitale.

Ce sont les deux seuls et principaux endroits « très animés » du pays, et pour cause, les Philippines ne souhaitent pas imiter la Thaïlande sur ce point !

Fête sur l'île de Boracay, PhilippinesBoracay (photo : Renato Morbach)

Les Philippines pour… admirer les merveilles de la nature

Les Philippines, ce ne sont pas juste des plages ! On en a parlé dès l’ouverture de cet article, en citant la région d’Ifugao, sur Luzon, et plus précisément les rizières de Batad. Alors bien sûr, les rizières ne sont pas à proprement parler des « merveilles de la nature », mais plutôt des merveilles réalisées par l’homme… avec l’aide de la nature ! Sur Luzon, il convient également de mentionner le Parc national des mille îles, près d’Alaminos, ainsi que le Mont Mayon, volcan le plus actif du pays, avec son cône presque parfait, et le Lac Taal. Mais Luzon abrite aussi une merveille peu connue, les îles Batanes situées à l’extrême nord du pays, qui donnent la ferme impression d’être en Nouvelle-Zélande ! Un véritable dépaysement dans le dépaysement !

Dans les Visayas, l’un des endroits les plus connus en termes de « merveilles de la nature », ce sont vraisemblablement les fameuses Chocolate Hills, sur l’île de Bohol.

À Palawan, on en rajoute une couche avec Coron et l’archipel des Bacuit ; les falaises karstiques sont une véritable somptuosité, signée Mère Nature.

Les Chocolate Hills, sur Bohol, PhilippinesChocolate Hills, sur Bohol (photo : Michael McDonough)

Bref, à la longueur de cet article, quiconque pourra juger de la multitude de possibilités aux Philippines. Que les voyageurs connaissant le pays n’hésitent pas à nous donner leurs bons plans et à nous faire part de leurs coups de coeur en commentant cet article, il n’en sera que plus riche.

Alors, séduits ? 🙂

 

Crédit photo à la une : Trevor Claringbold

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *