Interview voyageurs : La réalité d’un tour du monde en famille, avec des ados

Interview voyageurs : La réalité d’un tour du monde en famille, avec des ados

Cécile, la maman de la famille, rêvait de faire un tour du monde. C’est tout doucement, avec le temps, sans pression, qu’elle est parvenue à susciter la curiosité d’un tel voyage chez sa petite famille, composée de Yannice, le papa, et de Léa et Yoan, le ados de 14 et 11 ans. Non sans peine, ils ont pris la décision de partir neuf mois sur les routes du monde. Leur itinéraire avec Zip World est le suivant : Lyon – Las Vegas // Los Angeles – San Jose – Bogota // Quito – Galapagos – Guayaquil – Santiago – Buenos Aires // El Calafate – Buenos Aires // São Paulo – Tokyo – Bangkok – Doha – Johannesburg – Lyon. À plus de la moitié de leur chemin, ils nous parlent sans cachoterie de ce qu’est le voyage avec des ados, car comme on peut aisément l’imaginer, ce n’est pas de tout repos !


Bonjour à toute la famille ! Pour commencer, pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?
Yannice : Nous venons de la région lyonnaise. Avant de partir, j’étais directeur commercial. Et autant le dire tout de suite, je n’étais pas très chaud au départ pour un tour du monde ! Disons même que je suis le contraire d’un aventurier… Partir en sac à dos, camper, ne pas savoir où dormir dans une semaine, ce n’est pas le genre de choses auxquelles je pense avant de dormir apaisé ! J’aime bien mieux rester dans mon petit confort. Alors pourquoi je l’ai fait ? Sous la menace évidemment ! Non, simplement d’abord parce que c’est le rêve de Cécile, mais aussi parce que je sais que ce sera une thérapie utile pour moi.

Cécile : Moi, avant de partir, j’étais animatrice réseau. Le tour du monde, c’était mon rêve, depuis mes 20 ans et un premier voyage aux États-Unis. J’aime découvrir de nouvelles cultures, la nature, les paysages, les animaux en liberté… Je savais que nous partirions un jour, mais les années passaient et les enfants grandissaient. J’aurais souhaité qu’on le fasse avant la rentrée en 5ème de Léa mais ce ne fut pas possible. Je remercie Yannice d’avoir accepté de faire ce grand saut… mais comme il dit « il y a pire comme rêve » !

À Valparaiso, ChiliÀ Valparaiso, Chili

Léa, notre fille de 14 ans, exprimait avant le départ une envie folle de faire ce tour du monde : « Vous m’embêtez avec votre tour du monde, je ne vais pas voir mes copines pendant 9 mois ! », nous avait-elle dit. Pour expliquer simplement, c’est une ado qui n’avait pas envie de marcher, de visiter, de découvrir, de connaître d’autres cultures. Elle redoutait les jours où nous n’aurions pas de wifi, ainsi que l’idée de manquer pendant 9 mois ses cours de gym (c’est sa véritable passion). Mais aujourd’hui, après six mois de voyage, on peut constater un véritable changement ! Elle a compris l’objectif du voyage et s’intéresse véritablement.

Du côté de Yoan, notre fils de 11 ans, on peut dire de lui qu’il adore jouer avec ses copains et regarder des reportages sur les animaux à la télé. Il est très curieux. On pensait donc naturellement que c’est lui qui s’adapterait le mieux des deux à l’aventure… Erreur ! Dès le départ, il fut le plus difficile à gérer. Mais nous serions partis 2 ans plus tôt, cela aurait sans doute été parfait, car à l’époque, il était très famille.

Aux Chutes d'Iguaçu, BrésilAux Chutes d’Iguaçu, Brésil

Qu’est-ce qui compliqué avec Yoan ?
Le plus compliqué à nos yeux est la nourriture car il est très difficile… Une vraie galère ! Depuis 6 mois, on a oublié nos principes de « manger équilibré » ! Et en 6 mois, il a sûrement plus mangé de fastfood, hamburgers, frites, sodas qu’en 10 ans de vie ! Mais voilà, cela fait partie des concessions à faire de temps en temps pour le bien être de tous.

Pensez-vous que c’est propre à tout voyage avec des ados ? 
Ça dépend sans doute. Contrairement à des enfants en bas âges, les ados en voyage expriment très clairement leurs besoins et leurs envies. Constamment ! Pour peu que ces envies ne correspondent pas à ce que nous effectuons pendant le voyage, on peut vite arriver à des situations conflictuelles. Mais si au contraire nous sommes tous en phase, alors cela peut être très agréable ! Il faut aménager des moments où ils peuvent se faire plaisir (manger un bon plat qu’ils aiment, faire un sport qu’ils apprécient, prendre un moyen de transport rigolo, etc…), tout en ne dénaturant pas l’objectif du voyage, qui est, pour nous, la découverte de cultures et de pays différents ; ce qui ne correspond pas forcément à ce qu’ils voudraient vivre ou ce qu’ils ont l’habitude de vivre. Fort heureusement, les connexions Internet présentes pratiquement partout aujourd’hui, permettent à nos ados de rester connectés (ce qui est important pour eux). Nous pensons aussi que dès le départ, il faut les impliquer (prendre le temps est important), et demander à chacun ce qu’il aimerait voir comme pays, villes, animaux ; par exemple, pour Yoan, c’était de voir des baleines et l’île de Komodo. Léa, elle, voulait voir des dauphins et de beaux couchers de soleil sur les plages. Après, tout n’est pas toujours réalisable mais nous faisons le maximum.

À San Cipriano, en ColombieÀ San Cipriano, en Colombie

Au moment du départ, Léa et Yoan allaient entrer en 3ème et en 6ème, comment gérez-vous aujourd’hui la sensible question de l’école à distance ? 
Le CNED en candidat libre avec l’accord de la directrice du collège nous permettra de les réinsérer dans le cursus normal à notre retour en avril 2017 sans problème. Il faut vraiment dès le début se réserver chaque jour un temps d’études (pour nous c’est environ 2h). Ce n’est pas possible tous les jours suivant ce que nous visitons, mais nous nous rattrapons les autres jours. En revanche, pas de week-end, chaque jour peut être travaillé ! En fait, du moment qu’on a un peu de temps, on ouvre les cahiers. À nous, les parents, d’être rigoureux car ce n’est pas facile de les motiver… Et il faut de la régularité car on a vite fait de se relâcher.

À plus de la moitié de votre voyage, quel bilan dresseriez-vous ? 
Les parents : le voyage correspond à l’idée de ce qu’on s’en faisait ; de belles découvertes, des moments grandioses devant des paysages splendides et magnifiques, de très belles surprises comme la Colombie ou l’Équateur, des visites de lieux uniques et des rencontres avec des gens très intéressants. Par contre, nous passons des heures entières à organiser la suite du voyage !

Yoan : il y a des choses qui étaient bien, comme voir des tortues, des requins, des baleines, des dauphins, des singes… et d’autres choses moins bien, comme rester avec Papa et Maman 24h/24, faire des marches longues, etc.

Léa : il y a des choses qui m’ont plues, comme les beaux paysages (les couchers de soleil aux Galapagos, les plages et formations karstiques en Thaïlande, les cascades d’Iguazu …), de voir des dauphins, de nager avec une otarie aux Galapagos… Je me serais passée des araignées et des iguanes, par contre !

Avec les singes des neiges, au JaponAvec les singes des neiges, au Japon

 

Pensez-vous que l’adolescence soit finalement une bonne période pour voyager en famille ?
Une des raisons pour lesquelles nous effectuons ce voyage à cet âge-là pour nos enfants, c’est qu’ils s’en souviendront ; nous pensons donc que ça leur permettra de se construire. L’adolescence est une période charnière selon nous, même si d’un autre côté l’affirmation de leur identité commence, et que leurs besoins et envies ne correspondent pas forcément aux nôtres. Partir avec des ados permet d’échanger et de discuter sur les modes de vie différents que nous rencontrons chaque jour. Nous espérons justement qu’ils seront, grâce à ce voyage, curieux du monde qui les entoure, conscients de la chance qu’ils ont de vivre dans leur environnement, tolérants avec les autres et respectueux de la nature. Avec un peu de recul, pour nous, la meilleure période est vers la fin du primaire… Mais si l’enfant suit bien à l’école et n’a pas de grosses difficultés, jusqu’à la 3ème c’est réalisable…

Avez-vous l’impression qu’ils ont déjà changé leur vision du monde après quelques mois de voyage ?
Même s’ils ne l’admettent pas forcément, toutes les choses vécues les ont touchés. Ils ont pu voir que beaucoup de gens vivent dans des conditions moins bonnes que les nôtres, que beaucoup de gens font beaucoup d’efforts pour gagner peu d’argent, et bien évidemment, ils ont pu voir que les habitudes et les coutumes peuvent être très différentes des nôtres.
L’objectif principal de ce voyage est de partager pendant ces 9 mois une expérience commune qui nous marquera tous. On apprend sur chacun, car vivre 24h/24 ensemble est très différent de se voir 4h le soir après l’école et le travail. On apprend à faire des concessions pour faire plaisir à l’un ou à l’autre. C’est sûr que ce voyage leur a ouvert l’esprit, mais l’impact et les souvenirs se feront sur le long terme pour eux ; en grandissant, ils se rappelleront de tout ce qu’ils ont eu la chance de voir.

À Monument Valley, dans l'Ouest américainÀ Monument Valley, dans l’Ouest américain

À ce stade du voyage, quels sont vos meilleurs et vos moins bons souvenirs ? 
Yannice : la découverte du Sud de la Bolivie pour le meilleur souvenir. Les prises de becs avec Yoan pour les moins bons…

Cécile : La beauté des paysages du Salar de Uyuni, de Yellowstone, des îles Galapagos et de l’Amazonie pour les meilleurs souvenirs, avec un coup de cœur : la Colombie ! Le plus dur à gérer pour moi, ce sont l’humeur de Yoan et certains hébergements miteux qui ne correspondent pas à la description Internet.

Léa : Mes meilleurs souvenirs sont les baleines en Argentine et les dauphins au Costa Rica, d’avoir nagé avec une otarie aux Galapagos, et d’avoir aussi vu ma première tortue marine ! Le pire souvenir, c’est une certaine balade au Costa Rica, car le chemin était rempli de toiles d’araignées !

Yoan : Avoir vu des baleines et des dauphins, c’est pour moi le meilleur souvenir ! Ce que je n’aime pas par contre, ce sont les randonnées parfois longues.

À Guatapé, ColombieÀ Guatapé, Colombie

Votre retour est planifié pour avril 2017… Quoi de prévu pour la suite ?
Très sincèrement, nous avons décidé de ne rien prévoir encore pour notre retour, afin de profiter au maximum du voyage. Mais ce qui est certain, c’est qu’il nous faudra pour tous les 2 chercher un travail, et reprendre le collège pour les enfants après les vacances de Pâques !

On leur souhaite alors de profiter de leurs derniers mois !
Pour les suivre autour du monde : http://4tshirts2chaussettes1tourdumonde.com

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

2 Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *