Interview voyageurs : Faire un tour du monde avec un enfant, mode d’emploi. Par la Famille Quillet

Interview voyageurs : Faire un tour du monde avec un enfant, mode d’emploi. Par la Famille Quillet

Faire un tour du monde avec un enfant, comment cela se prépare-t-il ? La famille Quillet a justement décidé de se lancer dans un projet familial de grande envergure, celui d’un tour du monde de 7 mois avec leur petit garçon Clément, âgé de 7 ans au moment du départ. Organisation, matos, école à « domicile », ils nous racontent ici les grandes lignes de leur projet ! 
Pour leur billet d’avion tour du monde, ils ont choisi Zip World et l’itinéraire suivant : Paris – Hong Kong // Denpasar (Bali) – Cairns // Sydney – Christchurch // Auckland – Papeete – Ile de Pâques – Santiago du Chili – Punta Arenas // Lima – Paris.
Les pays et destinations au programme de leur grand voyage sont donc : Hong Kong, le nord de la Thaïlande, la région de Siem Reap au Cambodge, la Malaisie, l’Indonésie (Java et Bali), l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Polynésie française, l’Ile de Pâques et le Chili, l’Argentine, la Bolivie et le Pérou.

Les Quillet à Uluru (Australie)Alexandre, Eloïse et Clément Quillet à Uluru (Australie)

Bonjour la famille ! Etiez-vous déjà des voyageurs avant d’entamer ce tour du monde ?
Nous n’avions pas la réputation d’être des aventuriers, quoique nous avions déjà quelques beaux voyages à notre actif : la Laponie, des treks en Norvège, au Maroc et en Mauritanie (sans Clément). Et tous les 3, nous avions visité l’Islande, le Portugal, et l’Angleterre.

Comment avez-vous pris la décision de partir faire un tour du monde en famille et comment avez-vous choisi les pays à traverser ? 
C’était un souhait d’Alexandre au départ. Passionné de photo, il voulait trainer ses objectifs (et sa famille) aux 4 coins du monde. Eloïse a mis près de 8 ans (et 2 mojitos :)) pour accepter de faire le saut mais elle ne regrette absolument pas !
Dès le départ, nous avions mis de côté l’Afrique (rarement un point de départ de billets tour du monde et pas d’envie particulière de ce côte-là) et l’Amérique du Nord (trop chère pour notre budget et ce sera l’occasion d’un autre grand voyage). Ensuite, nous avons réparti notre trajet entre destinations bon marché (Thaïlande, Cambodge, Pérou, Bolivie,…) et un peu plus onéreuses (Australie, NZ, Polynésie) en incluant nos incontournables (Ile de Pâques, Polynésie). L’avantage avec ce genre de voyage est que l’on peut laisser s’exprimer nos rêves !

Clément sur l'Ile de Pâques (Chili)Clément sur l’Ile de Pâques (Chili)

Quelle fut la réaction de vos proches lorsque vous leur avez annoncé votre départ en tour du monde ? 
Dans l’ensemble, elle fut très positive. Il faut dire qu’on leur a annoncé pendant le « discours » lors de notre mariage et que l’effet de surprise (ou le vin servi…) a fait son travail. Par la suite, nous sachant très raisonnables, ils ont eu plus des questions que des inquiétudes, notamment quant à la scolarité de Clément, aux pays traversés, à nos préparatifs… De manière générale, tout notre entourage nous a suivi et soutenu pendant les préparatifs et tout au long du voyage. Cela aide vraiment, car durant la phase de préparatifs, il y a toujours des doutes qui apparaissent !

…Et quelle fut celle de Clément ?! 
Quand nous lui avons annoncé que l’on partait, la première réaction de Clément a été plutôt une grande inquiétude puisqu’il n’allait pas aller en CE1 et ne verrait alors pas ses copains. Après lui avoir expliqué qu’il ne manquerait qu’une partie de l’année scolaire et qu’il retrouverait ses copains en février avec tout un tas de choses à leur raconter, et surtout qu’il pourrait nager avec des requins, il a été plutôt emballé. Ensuite, nous l’avons progressivement impliqué dans les préparatifs en lui montrant des photos des pays que nous allions traverser ou en lui parlant de ce que nous allions voir. A 7 ans, il vit encore un peu au jour le jour donc il n’a pas vraiment réalisé et même maintenant que la fin du voyage approche, nous ne sommes pas certains qu’il réalise vraiment ce qu’il s’est passé ! Avec le temps, les photos et les souvenirs que l’on va rapporter, il remettra tout en ordre dans sa tête, à son rythme…

Comment organisez-vous la scolarité de Clément ?
Toute comme la famille, les maîtresses (de CP puis de CE1) et la directrice de l’école ont été emballées par notre projet et nous ont accompagnés dans nos préparatifs. Nous sommes partis avec le manuel de lecture, de français et de maths et la maîtresse nous a envoyé le planning des cours qu’elle suit avec la classe. Ainsi nous savons où Clément doit en être à son retour en classe en février prochain, le plus difficile étant ensuite est de le motiver à travailler… Il n’est pas toujours évident de dégager 2h dans la journée pour travailler, et c’est souvent dans le bus ou la voiture que Clément a fait ses leçons.

Clément travaillant devant le Bromo (Indonésie)Clément qui travaille face au Bromo (Indonésie)

Comment s’organise un long voyage avec un enfant ? 
Nous nous sommes beaucoup renseigné sur des blogs de familles parties en tour du monde avant nous et avons combiné avec les recommandations du Centre de Vaccinations Air France à Paris.
Côté vaccins, nous avons fait les classiques que nous aurions probablement faits même sans Clément (sauf peut-être la rage) : Hépatite A&B, Fièvre Jaune, Fièvre Typhoïde et Rage.
Côté médicaments, nous avons pris rendez-vous avec notre médecin traitant qui nous a prescrit de grands génériques en fonction de ce dont nous pourrions avoir besoin. Nous connaissant très bien, il était le mieux placé pour nous accompagner. Antibiotique à large spectre, cortisone, et autres décoctions pour traiter les bronchites, gouttes pour les oreilles en cas d’otite (vu le nombre d’avions à prendre, ce serait gênant). Au final (à 7 semaines de la fin du voyage), il n’y a que les antidouleurs qui nous ont servis pour quelques maux de tête chroniques car personne n’a jamais été malade !
En ce qui concerne les bagages, partant du principe que Clément ne pourrait pas porter un gros sac lors des transferts, nous avons décidé de partir avec 2 gros sacs de randonnée : 80L pour Alexandre avec les affaires de Clément et Alexandre, 60L pour Eloïse contenant ses vêtements et le « reste » (trousse de toilette, pharmacie, etc). Nous avons aussi un « petit » sac à dos chacun à garder en cabine. Les poids sont en moyenne les suivants : 20kg et 19kg pour les 2 gros sacs, pour les petits sacs, 5kg pour Clément, 5kg pour Eloïse, 9kg pour Alexandre (matériel photos et informatiques). Nous sommes plutôt satisfaits de ce choix et n’y changerions rien.

Quel est votre budget pour la totalité de votre voyage ? 
Après avoir discuté avec plusieurs familles croisées sur la route, on s’est rendu compte que faire un tour du monde était plus une question de volonté que de moyens. Certaines ont vendu leur voiture ou fait un prêt à la banque pour financer leur voyage. Pour notre part, nous avons pioché dans nos économies. Le budget pour nos 7 mois de voyage est d’environ 50 000€ (20 000€ pour tous les avions, les équipements et tous les préparatifs, 30 000€ sur la route), hors frais restant en France.
Chacun gère son budget comme il le souhaite mais nous avons suivi le nôtre avec beaucoup d’attention, en suivant toutes les dépenses quotidiennes. Cela nous a permis de nous autoriser des extras à certains moments et surtout de ne pas avoir à rentrer avant l’heure !

Les Quillet au Perito Moreno, El Calafate (Argentine)La famille Quillet au Perito Moreno (Patagonie argentine)

Quels sont – jusqu’à présent – vos plus beaux souvenirs ou vos plus belles surprises depuis le départ ?
Un de nos plus beau souvenir en famille restera probablement l’ascension du Kawa Ijen, en Indonésie. Nous nous sommes en effet levés à minuit pour rejoindre en Jeep le volcan et commencer l’ascension à 2h du matin, en pleine nuit, accompagnés d’un porteur de souffre. 1h30 après, nous étions dans le cratère pour observer les lumières bleues, au milieu des odeurs si particulières de souffre, puis avons grimpé sur l’arête du volcan pour voir le lever du soleil et ensuite assister tranquillement au ballet des porteurs de souffre qui viennent chercher chacun près de 100kg de minerai afin de le revendre en bas du volcan. Il faut savoir que jusqu’à la veille au soir, nous nous demandions encore dans quelle galère on se mettait et si cela n’était pas une grosse bêtise de vouloir emmener Clément sur ce volcan, nous étions même à la limite de renoncer. Finalement, Clément n’a pas râlé une seule fois de toute la nuit et a assuré comme un chef. Il était même le seul enfant parmi toutes les personnes présentes !
Une de nos plus belles surprises est l’île de Huahiné (en Polynésie française), un véritable havre de paix, une nature préservée et des gens gentils, souriants, détendus. Nous y étions vraiment bien et 4 jours étaient vraiment trop courts !
Mae Hong Son au nord de la Thaïlande, les îles Perhentian en Malaisie, le parc national du Mont Cook en Nouvelle-Zélande ou encore Kings Canyon en Australie sont également parmi nos coups de cœur.

Avez-vous jusqu’à présent rencontré des difficultés en voyage ?
Pas vraiment… Si on parle déjà du prochain tour du monde qu’on fera quand Clément aura grandi et qu’il pourra nous suivre dans tous les treks qu’on veut faire, c’est que ça s’est bien passé, non ? 🙂
Peut-être le moins évident à gérer a été le fait que les asiatiques ne disent jamais non, même quand ils ne comprennent pas ou ne savent pas. Du coup au final, on ne sait plus trop si on s’est bien fait comprendre et parfois on n’atterrit pas toujours au bon endroit… C’est assez fatigant, voire franchement pénible à la longue.
Sinon tout est assez simple, notamment grâce à Internet, que ce soit la réservation des logements et des avions, la recherche d’activités ou le suivi de nos comptes.

Eloïse et Clément devant les Tours Petronas de Kuala Lumpur (Malaisie)Clément et sa maman Eloïse devant les Tours Petronas à Kuala Lumpur (Malaisie)

D’après vous, quel impact le voyage a-t-il et aura-t-il sur Clément ?
Au fur et à mesure du voyage, il s’intéresse de plus en plus à tout ce qu’il l’entoure et il est de moins en moins timide. Il n’hésite plus à aller vers les autres enfants pour jouer ou vers les adultes pour demander des choses (il peut passer les commandes au restaurant, chose impensable au départ). Il parle aussi beaucoup plus et arrive à exprimer ses émotions (tel paysage est beau, telle ville ne lui plaît pas, etc).
Il a beaucoup grandi (et pas que dans sa tête !) grâce à ce qu’il a vu et parce qu’il n’a été qu’avec des adultes pendant la majorité du voyage. Au fil du temps, nous avons commencé à lui expliquer quelques notions d’histoire, de religion, de budget. Et il commence à comprendre que tous les enfants ne sont pas égaux dans le monde et qu’il a plutôt de la chance, surtout lorsque l’on est dans des pays où les enfants travaillent (« ce n’est pas normal » dit-il…)

Y a-t-il des choses que vous regrettez ou que vous organiseriez différemment si vous deviez refaire ce voyage ?
Ce que l’on regrette… 7 mois, c’est finalement assez court, donc quelques mois supplémentaires n’auraient pas été de trop ! L’idéal aurait été le même parcours, mais en 10 mois pour pouvoir passer plus de temps à certains endroits (parfois c’est un peu la course). On regrette également de ne pas avoir prévu plus de temps en Nouvelle-Zélande. 3 semaines, c’était vraiment trop court (mais le budget n’aurait pas forcément suivi).
Ce que l’on ferait différemment ? Pour l’instant rien ! Mais s’il faut dire quelque chose, peut-être la préparation de l’Amérique du Sud que nous avions mis de côté avant le départ tant cela nous semblait loin. Le problème est qu’une fois sur la route, il y a tellement de choses à faire que les préparatifs de la suite deviennent vite une contrainte.

Clément dans le Village des Lahu à Mae Hong Son (Thaïlande)Clément dans le Village des Lahu à Mae Hong Son (Thaïlande)

Comment va se passer votre retour en France ?
7 mois c’est court finalement, mais c’est long en même temps, surtout pour ceux qui restent. Ce sera d’abord les retrouvailles avec la famille, puis les amis, puis le boulot. Nous rentrons 15 jours avant de reprendre le travail. Avant de partir, nous pensions que cela suffirait pour « atterrir » mais plus cela approche, plus nous nous disons que cela va être difficile. Pendant 7 mois, nous avons fait ce que nous voulions quand nous le voulions, nous avons exprimé nos sentiments tels qu’on les ressentait. Une fois qu’on a goûté à cette liberté, on n’a plus envie de la laisser partir…
On verra avec le temps quels seront les impacts (ou pas) de ce voyage sur notre rythme de vie, nos boulots, nos envies… On en reparle dans quelques mois ?

Comment va se passer le retour à l’école de Clément (puisque vous rentrez en milieu d’année scolaire) ?
Nous rentrons 2 semaines avant les vacances de février. Clément devrait retourner à l’école très rapidement après notre retour. Non seulement, il a hâte de retrouver ses copains et sa maîtresse mais en plus cela nous rassurera car nous saurons s’il a quelques notions à rattraper pendant les vacances.

Les Quillet aux Iles Perhentian (Malaisie)Les Quillet aux Iles Perhentian (Malaisie)

Si chacun de vous 3 devait donner un conseil de voyageur, quel serait-il ?
– Clément : on a eu du mal à obtenir une réponse, en voici 2 en vrac : « marchez avec vos parents, ça vaut le coup » (véridique !) et « apprenez l’anglais ! » (NB : il a souvent été frustré de ne rien comprendre aux conversations sachant que nous sommes tous les 2 bilingues)
– Eloïse : essayez de partir en laissant toute idée reçue ou a priori à la maison. Le monde est merveilleux et les gens gentils. Et aussi, ne vous chargez pas inutilement. On a promené une boîte de médicaments de 1 kg autour du monde sans jamais nous en servir et vu le nombre de pharmacies croisées, vous trouverez tout ce qu’il vous faut en route !
– Alexandre : partir plusieurs mois, ce n’est franchement pas si compliqué, tout est une question de volonté et d’un petit peu d’organisation, alors arrêtez de vous poser des questions et faites-le si vous en avez envie !

La dernière question est pour Clément : quelle sera la première chose que tu diras à tes copains en revenant de ton tour du monde ? 
C‘était trop cool !!!

Pour suivre les aventures de la Famille Quillet autour du monde, c’est par ici :
www.famillequilletautourdumonde.fr

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *