Interview voyageuses : Faire le tour du monde quand on est un couple de femmes

Interview voyageuses : Faire le tour du monde quand on est un couple de femmes

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Nous sommes Manon et Anne-Laure (AL), deux filles en couple depuis bientôt 3 ans. Nous avons 28 et 29 ans et sommes originaires de Bretagne. Nous travaillons toutes les deux dans le marketing, l’une spécialisée dans la cosmétique et l’autre dans le tourisme et le digital. Nous sommes passionnées de voyages, de découvertes culturelles dépaysantes et de paysages qui nous laissent sans voix, mais aussi de photographie et de dessin. Il y a un peu plus d’un an, nous vivions loin l’une de l’autre (Barcelone et Lyon) et nous avons décidé de nous éloigner encore plus tout en nous rapprochant, en partant dans cette extraordinaire aventure autour du monde, ensemble.

Nusa Penida, Indonésie

Aviez-vous beaucoup voyagé avant d’entreprendre ce tour du monde ?

Avant de partir à l’aventure, nous avions beaucoup baroudé chacune de notre côté à travers l’Europe, l’Australie, le Canada, les USA et l’Asie du Sud-Est. Depuis que nous nous sommes rencontrées, notre passion commune pour le voyage nous a fait découvrir un autre continent : l’Afrique avec l’Ile Maurice et l’Afrique du Sud. Nous avons aussi voyagé ensemble en Europe (Italie, Portugal, Croatie, Suisse) mais finalement, nos voyages les plus fréquents restaient nos aller-retours entre Lyon et Barcelone ! Puis nous avons rêvé ensemble de nouveaux horizons en planifiant ce tour du monde. 

Quel a été votre itinéraire de ce tour du monde ?

Notre itinéraire avec Zip World incluait les grands trajets, à savoir : Paris – Buenos Aires // Los Angeles – Rarotonga – Auckland – Singapour // Ho Chi Minh – Paris. Nous nous organisions sur place pour le reste, que ce soit les déplacements en bus, bateau, covoiturage ou avion. Rarotonga, située aux Iles Cook, n’était initialement pas sur notre liste mais l’escale nous a été conseillée par l’équipe Zip World. C’était un stop nécessaire au départ de Los Angeles vers Auckland. Finalement, nous nous y sommes arrêtées et ô comme nous avons bien fait ! Un paradis sur Terre dans lequel nous ne sommes restées que trop peu ! On retournera dans les îles du Pacifique, c’est certain !

Puisque vous êtes un couple de femmes, comment avez-vous entrepris ce voyage ? Avez-vous pris des précautions particulières ?

De manière générale, on ne montre pas énormément d’affection en public. Manon a naturellement plus de gestes affectifs en public qu’Anne-Laure, mais bien-sûr dans des environnements où l’on sent quand même que la tolérance est au beau fixe !

Avant de partir, on a un peu épluché les infos sur le sujet pour chaque pays qu’on devait visiter. Au moment de partir, on hésitait à visiter le Brésil puis avec les tensions créées par le nouveau président (Bolsonaro) qui revenait sur des droits donnés auparavant à la communauté LGBT+ et aussi le fait que ce pays soit un des plus dangereux au monde pour les gays (une personne de la communauté LGBT+ tuée par jour, selon l’ONG brésilienne Grupo Gay de Bahia), on s’est dit qu’on allait malheureusement l’annuler de notre liste pour une question de sécurité et de principe. Pour d’autres pays dans lesquels c’est interdit par la loi (ex. Malaisie), nous étions avisées et savions qu’il fallait éviter la provocation lors de notre séjour sur place.

On avait aussi hâte, et on a eu raison, de visiter des pays réputés très tolérants tels que la Nouvelle Zélande ou les Philippines. Ce sont des pays dans lesquels on s’est senties super bien. 

Hanoi, Vietnam

Aviez-vous des appréhensions avant de partir à ce sujet ? Si oui, lesquelles ?

Non, pas d’appréhension en particulier. Nous savions que les quelques pays dans lesquels nous devions faire « attention » ne nous poseraient pas de problèmes car notre couple ne saute pas aux yeux. Au contraire, tout le monde nous demandait si nous étions sœurs ! Ce à quoi nous répondions seulement « No, we’re friends! », sans élaborer.

En fin de compte, nous avons été agréablement surprises de voir un tout autre côté que ce que nous lisions sur Internet. Les locaux sont nettement plus ouverts et bienveillants que l’idée que nous en avions, surtout dans les pays dans lesquels la loi punit sévèrement les actes LGBT+. Nous avons particulièrement apprécié aller d’îles en îles aux Philippines, qui fait partie d’un des pays les plus « gay-friendly » d’Asie. La Nouvelle-Zélande nous a aussi bluffée par son niveau de tolérance ultra-élevé envers les transsexuels. En outre, nous avons fait de superbes rencontres, et beaucoup échangé avec tout le monde.

Au final, on est toujours restées naturelles, avec de petits gestes d’affection par ci par là, comme tous les couples, et on s’est rarement demandées ce que pouvaient en penser les gens.

Sur Lipez, Bolivie

Avez-vous déjà senti des regards insistants ou désagréables durant votre tour du monde parce que vous étiez un couple de femmes ?

Parmi les 15 pays que nous avons visité (Uruguay, Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, Colombie, USA, Îles Cook, Singapour, Philippines, Indonésie, Malaisie, Cambodge, Laos, Vietnam, NDLR), il ne nous est jamais rien arrivé de désagréable. Au contraire ! Tous les gens que nous avons rencontrés ont été adorables avec nous et ont agi comme tout le monde devrait le faire, c’est-à-dire, comme s’il n’y avait rien d’anormal. Les frontières, la différence de langue ou de culture ne font pas que les gens sont moins ouverts envers nous. La preuve, au final, c’est à Paris qu’il nous est arrivé de recevoir le plus de remarques désobligeantes quant à notre couple.

Quels conseils donneriez-vous à des couples homosexuels qui souhaiteraient réaliser un tel périple ?

Rester soi-même est le meilleur conseil que nous puissions donner.

Il faut simplement avoir conscience que certains pays ne sont pas aussi ouverts et avancés concernant les droits LGBT+. Le mieux est de ne pas trop s’exposer dans ces pays, de respecter le fait que pour certains, un couple d’hommes ou de femmes soit un sujet qui n’a peut être jamais été abordé dans leur vie. Il faut savoir que la majorité du temps, on ne fait pas face à l’intolérance mais plutôt au manque d’information et à l’ignorance sur le sujet des communautés LGBT+.

Alors restez vous-même et vous verrez que la plupart des gens sont bienveillants, ouverts d’esprit et que, plus souvent qu’on ne le pense, cela ne leur pose aucun problème. 

Désert d’Atacama, Chili

Pour suivre Manon et Anne-Laure et rétrospectivement jeter un oeil à leur voyage autour du monde, c’est par ici :

➡️ www.pinalifetrip.com
➡️ www.facebook.com/pinalife
➡️ www.instagram.com/pinalifetrip

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

1 Comment

  1. Alexandra

    Super retour d’expérience, merci du partage. On a nous aussi voyagé en couple et même ressentie. En restant naturelles, discretes et simplement nous même, pas de soucis, beaucoup de bienveillance lors de nos 6 mois en Asie du Sud Est.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *