Quelle(s) île(s) choisir en Indonésie ?

Quelle(s) île(s) choisir en Indonésie ?

Construits sur le même modèle, nos articles Quelle île choisir en Thaïlande ?, Quelles îles choisir aux Philippines ? et Les plus belles îles de Malaisie figurent parmi les articles les plus lus de notre blog. Rien de bien surprenant ; prévoir un voyage dans un archipel évoque généralement autant de rêve et d’évasion, que de casse-tête en termes d’organisation et de choix. Quelle île privilégier ? Comment choisir ? Sur quels critères se baser ? Cet article se veut être un guide, afin d’aider les voyageurs à savoir quelle(s) île(s) choisir en Indonésie.

L’Indonésie et ses régions

Pour commencer, il est important de prendre en considération que l’Indonésie, c’est plus de 17.000 îles. Évidemment, sur ces 17.000 îles, toutes ne sont pas « visitables », ni même habitées. Les îles principales, par leur superficie, sont la Papouasie occidentale, Bornéo (Kalimantan), Sumatra, Sulawesi, et Java. À ces 5 grandes îles, on peut ajouter les petites îles de la Sonde ainsi que Moluques, afin d’identifier les 7 régions indonésiennes. Bali, pourtant très connue des voyageurs européens et occidentaux que nous sommes, n’est qu’une infime partie du pays. Elle est pourtant l’île la plus touristique. Bali fait partie des petites îles de la Sonde.


Sans surprise, se déplacer en Indonésie peut être très long. Il est donc important, dans cet archipel plus qu’ailleurs, de limiter ses déplacements, afin de pouvoir profiter au mieux de son voyage en Indonésie. C’est la raison d’être de cet article : sélectionner ses îles en fonction de ses envies, afin de savoir exactement où l’on mettra les pieds !

Quand partir en Indonésie ?

De façon générale, la meilleure période pour se rendre en Indonésie est durant la saison sèche, de mai à octobre. Mais pour éviter les foules, mai-juin et septembre-octobre sont à privilégier.

Il faut cependant noter qu’aux Moluques et en Papouasie occidentale, la saison sèche diffère.

✏ À lire : Quand partir en Indonésie ?

Les îles d’Indonésie : comment choisir ?

Quelles îles d’Indonésie pour… la plongée ?

Plonger en Indonésie est un véritable cadeau à s’offrir ; la biodiversité des eaux du plus grand archipel du monde est absolument hallucinante et ne peut laisser personne indifférent. Certains sites spécialisés affirment que l’Indonésie est LA plus belle destination au monde pour un voyage de plongée. Cette réputation s’est sans doute faite grâce à l’archipel de Raja Ampat (Papouasie occidentale), mondialement connu pour la plongée. En Papouasie occidentale, Triton Bay (Kaimana) est également à ne pas louper, notamment pour les personnes en quête d’un endroit un peu plus tranquille que Raja Ampat, où les plongeurs affluent du monde entier.

Plongée dans les eaux de Raja Ampat (Papouasie occidentale)Plongée à Raja Ampat (photo : Adam Howarth)

Les autres régions du pays dévoilent de nombreux autres trésors pour la plongée : les sites de Pemuteran, Mejangan, Amed/Tulamben et la superbe épave du LibertyNusa Penida à Bali (Petites îles de la Sonde), Lombok et les Îles Gili, (Petites îles de la Sonde), Komodo et Alor (Petites îles de la Sonde), Ambon, Banda et la baie de Weda à Halmahera (Moluques), le parc marin de BunakenLembeh, les îles Wakatobi et l’archipel des Togian (Sulawesi).

Plongée à Nusa Penida (Petites îles de la Sonde)Plongée à Nusa Penida (photo : Kyle Williams)

✏ À lire : les récits de plongée en Indonésie (et les merveilleuses photos) de Corinne Bourbeillon : www.petitesbullesdailleurs.fr/indonesie/

Quelles îles d’Indonésie pour… trekker ?

Lorsque l’on parle de treks en Indonésie, on parle avant tout de volcans ! Le Mont Semeru (Java) vaut l’effort (3 676 m), mais il est souvent délaissé au profit du Mont Bromo, non loin de là, qui culmine, pour sa part, à 2 329 m. Les allergiques aux foules éviteront le Bromo car il est aujourd’hui l’un des plus « visités ».

Les monts Semeru et Bromo au lever du soleil (Java)Les monts Semeru et Bromo (photo : Brigitte Djajasasmita)

Le Mont Rinjani, à Lombok (Petites îles de la Sonde), figure parmi les ascensions les plus marquantes d’Indonésie, tandis que l’on ne peut faire l’impasse sur le Kawah Ijen (Java), s’élevant à 2 386 m, célèbre pour ses porteurs de soufre et son lac acide d’un bleu presque irréel. Sur l’île de Florès (Petites îles de la Sonde), le Mont Kelimutu permet aux moins convaincus de s’initier à la grimpe : 1 639 m et une vue sublime sur 3 lacs aux couleurs stupéfiantes. À Bali (Petites îles de la Sonde), le Mont Agung (3 142 m) offre une vue des plus surprenantes sur toute l’île. Plus haut volcan d’Indonésie (3 805 m), le Mont Kerinci (Sumatra) promet une ascension difficile, mais de très belles surprises au coeur de la jungle du Parc national de Kerinci Seblat. Pour finir, n’oublions pas le Mont Merapi (Java), connu pour être le plus actif et le plus dangereux volcan d’Indonésie. La dernière éruption du volcan remonte à 2010 ; il est cependant possible de faire l’ascension de ses 2911 m.

Le Mont Merapi (Java)Le Mont Merapi (photo : Frenky Harry)

Outre les ascensions de volcans, il existe un trek bien connu des têtes brûlées : le Trans-Bornéo ou Cross Borneo Trek (Kalimantan), qui permet de traverser l’île d’est en ouest. Il se fait en 17 à 20 jours et mélange marche dans la jungle et traversées de rivières. Il nécessite une excellente condition physique.

Quelles îles d’Indonésie pour… des plages de rêve ?

Des plages dignes de cartes postales, il y en a absolument partout en Indonésie. Sur l’île de Java, Indrayanti, à une soixantaine de kilomètres de Yogyakarta, est l’une des plus connues. Elle est cependant à éviter les week-ends car très prisée par les locaux. Non loin de là, Sundak Barat mérite également un arrêt. Les plages des îles Karimunjawa (au nord de Java) sont de véritables paradis sur terre, peu fréquentées, au lagon d’un bleu surprenant, et à la vie sauvage omniprésente.

À Bali (Petites îles de la Sonde), on ne ventera pas les mérites des plages du sud de l’île, dévorée par le tourisme… En revanche, évoquons tout de même celles de la péninsule de Bukit, où il est encore possible de trouver un peu de tranquillité ! N’oublions pas la sublime plage de sable noir d’Amed, à l’est de l’île, et celles des petites îles voisines de Nusa Lembongan et Nusa Penida. À Lombok (Petites îles de la Sonde), Mawun, Mekaki et Selong Belanak sont incontestablement les plus belles ! Rattachées à Lombok (Petites îles de la Sonde), les îles Gili peuvent se vanter d’abriter de superbes plages également.

Gili Meno (Lombok, Petites îles de la Sonde)Plage de Gili Meno (photo : Eduardo M. C.)

L’une des plus surprenantes plages du pays est sans doute la plage de sable rose, à Komodo (Petites îles de la Sonde), tandis que les plus paradisiaques pourraient bien être localisées dans les îles Banda (Moluques) : Neilaka, Hatta, Ai. L’île de Sumatra abrite également de véritables trésors sauvages en matières de plages : Weh, Bintan ou les plages des îles Banyak, véritables cartes postales. L’île de Sulawesi n’est certainement pas en reste, côté « beautés édéniques » ; on pourrait ne citer que les îles Togian, qui à elles seules pourraient être une excellente raison de se rendre en Indonésie. Pour finir, même si les îles Raja Ampat (Papouasie occidentale) sont surtout connues pour la plongée, il serait dommage de ne pas les citer pour leurs plages.

Plage de Raja Ampat (Papouasie occidentale)Les îles Raja Ampat (photo : Globe Trotting)

Les îles Derawan (Kalimantan) peuvent aisément figurer parmi les plus belles plages d’Indonésie. On peut également y observer les tortues, venues pondre leurs oeufs sur le sable blanc. Les fonds marins y sont également exceptionnels.

Pour finir, les plages de Ohoidertawun ou Pasir Panjang, sur les îles Kei, sont un véritable paradis où les touristes ne foulent pas encore (en trop grand nombre) le blanc pur, presque irréel, de son sable.

Quelles îles d’Indonésie pour… surfer ?

L’Indonésie collectionne les superlatifs. C’est donc en toute logique que l’archipel compte aussi quelques uns des meilleurs spots de surf au monde ! Parmi eux, Nias et les Îles Mentawai (Sumatra), Sawarna (Java) et les îles de Sumbawa et Sumba (Petites îles de la Sonde), Desert Point (Lombok, Petites îles de la Sonde). Bien entendu, Bali est the place to surf en Indonésie ! Kuta, KeramasBalangan, Padang Padang, Impossible, Uluwatu sont les spots les plus populaires. Souvent bondés, l’impression d’être « les uns sur les autres » à Bali est assez généralisée, surtout en haute saison.

Spot de surf de Desert Point (Lombok, Petites îles de la Sonde)Desert Point (photo : Jeremy Bishop)

Pour les débutants, 4 spots sont à privilégier pour commencer tout en douceur : Batu Karas, Pelubuhan Ratu, Pacitan (Java), ou encore Kuta (Bali, Petites îles de la Sonde).

Quelles îles d’Indonésie pour… faire la fête ?

Le sud de Bali (Petites îles de la Sonde) est bien connu des fêtards : Kuta et Seminyak sont les capitales de la fête, surtout pour les Australiens et les Européens qui y séjournent nombreux. Mais depuis quelques années, une autre île devient le paradis des jeunes : Gili Trawangan, non loin de Lombok (Petites îles de la Sonde). Sur le même modèle que Koh Phangan, en Thaïlande, Gili Trawangan est en train de devenir l’île de toutes les tentations. À fuir, donc, pour ceux qui ne recherchent pas ce genre d’ambiance.

Quelles îles d’Indonésie pour… découvrir une nature à couper le souffle ?

Hormis les volcans cités ci-dessus, qui pourraient représenter à eux seuls la beauté naturelle du pays, on peut dénombrer plusieurs autres surprenantes beautés naturelles au coeur de l’archipel. Les rizières du centre de Bali (Petites îles de la Sonde) en sont une : les régions d’Ubud et de Jatiluwih sont très connues pour leurs sublimes rizières en terrasse. Mais qui dit « très connues » dit aussi « très fréquentées ». Les régions de Sidemen, Batur et Tirta Gangga, dans l’est et le nord de l’île, abritent également de charmantes rizières. On en trouve bien sûr aussi sur les autres îles : à Rantepao (Sulawesi), ou dans le Minangkabau (Sumatra), entre autres régions de ce vaste archipel.

Les rizières en terrasse de Jatiluwih (Bali, Petites îles de la Sonde)Les rizières en terrasse de Jatiluwih (photo : Trent Strohm)

Sur l’île de Sumatra, on ne pourrait faire l’impasse sur le Parc national de Gunung Leuser, reconnu en tant que Réserve de biosphère par l’UNESCO. Il est l’un des derniers endroits au monde où l’on peut encore voir des orangs-outans. On y trouve aussi le tigre, l’éléphant et le rhinocéros de Sumatra, ainsi que bien d’autres espèces endémiques au coeur d’une jungle dense. Sur l’île de Java, plusieurs joyaux sont à mentionner également : le Parc national de Ujung Kulon (Java), classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, qui offre une nature à couper le souffle faite de plages de sable blanc et d’une forêt tropicale où se réfugient oiseaux et autres singes, ainsi que les derniers rhinocéros de Java, une espèce en voie de disparition ; le Parc national de Meru Betiri, dernier refuge du tigre de Java, abrite également des léopards, sangliers, taureaux sauvages, varans, singes, ainsi que le plus grand python au monde, le python réticulé. Au coeur du parc, une plage sauvage et presque irréelle, celle de Sukamade, l’un des plus importants lieux de ponte des tortues d’Indonésie ! Sur l’île de Kalimantan, le Parc national de Tanjung Puting permet, comme à Gunung Leuser, d’observer les orangs-outans. Lui aussi est reconnu en tant que Réserve de biosphère par l’UNESCO. En Papouasie occidentale, le Parc national de Wasur mérite le coup d’oeil pour son écosystème unique, mêlant savane et forêts marécageuses. On y trouve de nombreuses espèces endémiques et oiseaux migrateurs venant d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Orangs-outans dans le Parc national de Tanjung Puting (Kalimantan)Orangs-outans du Parc national de Tanjung Puting (photo : Gemma i Jere)

Le merveilleux village de Merabu (Kalimantan) semble totalement hors du temps, avec ses formations karstiques au milieu de la jungle, où coule également une paisible petite rivière. Sensation identique à Loksado (Kalimantan), paradis du voyageur fatigué après d’intenses treks dans la jungle. Le temps s’arrête, la vie y est douce, et le tourisme très modéré. N’oublions pas la Vallée d’Harau (Sumatra), dont le village du même nom est une petite merveille en pleine nature, ou encore le Lac Toba (Sumatra) et sa presqu’île de Samosir, à voir absolument.

La Vallée d'Harau (Sumatra)Village d’Harau (photo : Bernhard Huber)

Comment ne pas citer l’île de Komodo dans ce paragraphe ? La nature y est absolument époustouflante, et notamment la vue de l’île Padar, juste à côté, bien connue des voyageurs qui s’y ruent pour prendre LA photo que l’on retrouve un peu partout sur les réseaux sociaux. L’île de Komodo, c’est aussi sa fameuse plage de sable rose, son Parc national classé à l’UNESCO et ses créatures surprenantes (dragons de Komodo), ses fonds marins exceptionnels, bref, un concentré de beautés.

Quelles îles d’Indonésie pour… se familiariser avec la culture et les traditions ?

À peu près toutes les recommandations ci-dessus permettent de se familiariser avec la culture et les traditions d’Indonésie. Il faut comprendre que, compte tenu de la particularité et de l’immensité de ce territoire, il n’y a pas une culture indonésiennes, mais des cultures. Plus de 500 langues et dialectes sont parlés (et reconnus) à travers l’archipel. On recense plus de 700 groupes ethniques, répartis en plusieurs familles, et d’origines diverses. En ce qui concerne la religion, même si l’islam est majoritaire (environ 85% de la population), il y a également des populations chrétiennes, hindouistes et bouddhistes. De ce fait, les traditions, les architectures, les façons de se vêtir, les fêtes et événements sont différents d’une île à l’autre et d’une région à l’autre.

Bali est la seule île hindoue de l’archipel. Les voyageurs y découvrent alors la culture et les traditions balinaises, qui sont très différentes de celles des îles voisines. Même si Java est à majorité musulmane, on y trouve les célèbres et sublimes temples de Borobudur et Prembanan (entre autres), vestiges respectivement bouddhiste et shivaite d’époques révolues. Non loin de là, se trouve la ville de Yogyakarta, véritable épicentre de la culture traditionnelle et de l’art classique javanais. La ville mérite indéniablement que l’on s’y arrête quelques jours.

Le temple Borobudur au coucher du soleil (Java)Coucher de soleil au temple Borobudur (photo :  Sander Wehkamp)

Se rendre dans les régions plus isolées permet indéniablement de découvrir la culture et les traditions de la meilleure des façons. Certains endroits se sont ouverts au tourisme plus vite que d’autres, mais pas au point d’être totalement dénaturés ; c’est le cas de la Vallée de Baliem (Papouasie) et du Pays Toraja (Sulawesi), pour ne citer que les plus « connus ». Comme plus largement dans cet article, il est très difficile de faire une liste exhaustive des « choses à voir » en Indonésie, tant ce pays est fascinant et vaste. De nombreuses régions sont encore très peu visitées et très difficilement accessibles. Il ne tient qu’à chacun de sortir des sentiers battus et de quitter Bali, visitée et revisitée par des hordes de touristes australiens et européens. Le monde est vaste, l’Indonésie en est le parfait exemple.

Membres de la Tribu Dani, dans la Vallée de Baliem (Papouasie occidentale)Tribu Dani, dans la Vallée de Baliem (photo : Carsten ten Brink)

 

Crédit photo à la une :  Ash Edmonds

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

2 Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *