Tour du Monde : Comment bien choisir ses escales ?

Tour du Monde : Comment bien choisir ses escales ?

Il y a autant de façon de voyager qu’il y a de voyageurs, mais quelques tendances se démarquent malgré tout parmi les tourdumondistes. Il y a ceux qui décident de tout faire à pieds, en vélo, en stop, de traverser les océans en bateau, qui refusent les moyens de transport jugés trop modernes (l’avion par exemple). Ceux-là sont a priori plutôt très aventuriers dans l’âme et ont surtout bien souvent du temps devant eux. Il y a ceux qui ne sont pas allergiques à l’avion mais qui préfèrent acheter leur billet simple au fur et à mesure de leur voyage, car ils n’ont pas vraiment d’itinéraire en tête. Ceux-là ont très souvent du temps également et comptent bien le prendre pour voyager.
Puis, il y a ceux qui n’ont souvent « que » 8 mois ou 1 année pour réaliser leur rêve et assouvir leur soif de découvertes, et qui veulent optimiser ce précieux temps en achetant un billet tour du monde. Avec Zip World par exemple (oh, la bonne idée ! :)).
Tu diras que je prêche pour ma paroisse, mais avouons-le, l’alternative du billet tour du monde permet de maîtriser son budget voyage en plus de s’en sortir pour un coût final très intéressant. Mais aussi, il permet aux « aventuriers modérés » de suivre un itinéraire qui rassure, tout en n’empêchant absolument pas de changer ses plans en cas de rencontre fortuite ou de coup de coeur impromptu. Dans certains cas, le changement de date des billets peut être gratuit.
Mais revenons-en à nos moutons. Parce qu’avant tout cela, il y a une épreuve importante à laquelle il faut se soumettre, celle de définir l’itinéraire souhaité.
Pour ce faire, deux méthodes s’offrent à toi.

La méthode dite « rêve en douceur »

Tu prends un papier, un stylo, une carte du monde, et tu t’amuses à lister les pays qui te font rêver.
Une fois que cela est fait, il faut que tu te décides sur un sens de rotation ; commencer par l’est et l’Asie ? Ou par l’ouest et le continent américain ? Tu peux évidemment définir cela en fonction de tes envies, puisque de toute façon, tu as choisi comme méthode de pouvoir rêver en douceur.
Mais attention, tu risques d’être très vite déçu et cela pour deux raisons. La première, c’est la météo. La météo n’étant pas un concept uniquement français (mince), tu risquerais de te coltiner les températures les plus extrêmes ou les moussons asiatiques si tu ne prenais pas cet élément primordial en considération dans le choix de tes dates et destinations.
La seconde raison, c’est l’argent. On ne va pas se mentir, l’argent est souvent le moteur d’un voyage. Quand tu n’en as plus, tu n’avances plus. Mais si dès le départ tu inclues des éléments dans ton voyage qui ne jouent pas en ta faveur, comme un choix de destinations pas très optimisé, l’addition finale risque d’être très salée. Et tu partiras avec ce gros handicap, celui d’avoir dépassé ton budget rien qu’avec le billet d’avion.

La méthode dite « efficacité optimale »

C’est précisément là que l’autre méthode de choix des escales intervient ! Tu peux évidemment définir les pays que tu souhaites voir, en restant tout de même assez flexible si ton but, bien évidemment est d’obtenir le prix le plus attractif possible. Quant au sens de ton voyage, laisse-toi guider par les caprices météorologiques. Globalement, les voyageurs débutant leur voyage d’avril à septembre préfèreront commencer par l’Amérique. Ceux partant en plein hiver français s’orienteront davantage vers l’Asie.
Julien, spécialiste itinéraires Zip World nous confie quelques astuces :

« Pour profiter vraiment de l’optimisation tarifaire d’un billet tour du monde, il y a quelques destinations à éviter comme l’Europe de l’Est, le bassin méditerranéen (surtout que c’est pas loin, on peut y aller facilement à un autre moment), la Mongolie, Madagascar, la Réunion, la Guyane, pas mal de destinations en Afrique (Pointe Noire, Afrique de l’Est et Afrique Centrale ; en fait c’est surtout l’Afrique Australe et l’Afrique de l’Ouest qui ont une desserte aérienne « adaptée » pour ce type de billet), et les Antilles. Pour ce type de destinations (où on a souvent des connaissances que l’on aimerait bien aller voir), le supplément sur un billet tour du monde sera supérieur à un A/R au départ de Paris. Il faut bien en être conscient.
En Asie du Sud-Est/Océanie, il y a aussi la Papouasie-Nouvelle Guinée qui est très demandée des français ou encore Wallis et Futuna. Malheureusement, ça ne s’intègre pas dans un billet tour du monde.
« 

Une fois cela en tête, il est toujours possible de trouver des astuces pour contourner le problème ! Par exemple, tu rêves de la Mongolie ? Atterris donc en Chine et rends-toi en Mongolie en bus-couchette ou en train. L’Afrique est pour toi un continent que tu refuses d’éliminer de ta liste ? Discute avec un conseiller de l’alternative la plus avantageuse pour toi.
Concernant la Papouasie-Nouvelle Guinée, Julien ajoute :

« Pour la Papouasie, on conseille aux clients de prendre un A/R depuis Cairns en Australie, sur le site d’Air Niugini (250€ TTC l’A/R en s’y prenant à l’avance) ou depuis Brisbane avec le low cost Virgin Australia. »

La traversée du Pacifique est quant à elle souvent source de questionnements. Un tour du monde est souvent une excellente opportunité pour intégrer des destinations paradisiaques comme l’Ile de Pâques, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie et encore les Iles Cook, les Fidji… Depuis la France en voyage « simple », les tarifs sont très souvent inabordables. Mais comment choisir ses escales dans le Pacifique ? Quelles sont les îles qui font davantage grimper la note finale que les autres ? Julien nous répond :

« Pour la traversée du Pacifique, en admettant que l’on aille du continent américain vers l’Océanie et l’Asie, pour moi, l’itinéraire le plus sympa (et qui plaît beaucoup !) c’est de faire des sauts de puce : Santiago-Ile de Pâques-Papeete-Auckland.
Il y a quelques variantes entre Papeete et Auckland en passant par Nouméa ou les Iles Cook (car il y a aussi un vol par semaine Papeete-Nouméa et un vol par semaine Papeete-Iles Cook).
Pour les budgets plus serrés (produits Zip Cool ou Zip Cheap), les 2 stops dans le Pacifique les moins chers entre les USA et L’Océanie, ce sont les Iles Cook (itinéraire sans l’Australie), ou Hawaii (itinéraire avec Australie).
Quant aux Iles Fidji, elles restent d’une manière générale assez chères dans un billet tour du monde ; il est souvent moins cher de se prendre un A/R depuis l’Australie ou la Nouvelle-Zélande.
Nouméa en revanche est une destination qui s’intègre très bien dans un billet tour du monde (c’est beaucoup plus rentable de l’intégrer que de prendre un A/R d’Australie par exemple, qui coûte minimum 500€ TTC aujourd’hui !).
Enfin il faut bien comprendre que l’on peut difficilement faire le « circuit » que l’on aimerait idéalement dans les Iles du Pacifiques car il existe peu de liaisons inter-îles : pour faire Samoa-iles Cook-Vanuatu par exemple il faut à chaque trajet passer par Auckland…
Voici cependant les liaisons inter-îles directes existantes, à noter :
* Papeete : Nouméa, Iles Cook, Hawai, Ile de Pâques
* Fidji : Salomon, Vanuatu, Wallis, Tonga, Hawai, Samoa, Christmas Island
* Nouméa : Papeete, Vanuatu, Wallis
* Iles Cook : Papeete
* Samoa : Fidji, Hawai
* Vanuatu : Salomon, Nouméa, Fidji
* Tonga : Fidji
* Salomon : Vanuatu, Fidji
* Wallis : Nouméa, Fidji
* Hawai : Papeete, Fidji, Samoa, Christmas Island
* Ile de Pâques : Papeete
* Christmas Island : 
Hawai »

Une fois que tu as tout cela en tête, tu peux contacter un spécialiste itinéraires Zip World pour lui soumettre ton idée d’itinéraire. Là encore, Julien conseille :

« Pour nous, l’important est que le voyageur détermine ses priorités et ensuite nous nous chargeons de trouver la meilleure formule. Dans cette optique il faut alors nous fournir la liste des destinations où il souhaite aller par ordre d’importance, une fourchette ou une limite maximale pour le budget, d’autres critères importants pour lui (trajets directs/rapides, modifications sans frais, date ou période durant laquelle il doit être à un endroit précis… Il est à noter, évidemment, que ces paramètres ont un impact sur le tarif.

Tu l’auras compris, ami voyageur, des compromis te seront sans doute nécessaire pour obtenir le meilleur prix pour ton billet d’avion tour du monde. Mais si tu commences tes préparatifs en sachant cela, ton itinéraire sera sans doute déjà plus réaliste dès le début, tout en étant en parfaite adéquation avec tes envies.
Bons préparatifs et bon voyage !

Written by Anne

Voyageuse, amoureuse des mots, de l'image et des autres humains en général, Anne a rejoint l'équipe Zip World après avoir pris le temps de voyager autour du monde en 2013 à la rencontre des Français de l'étranger, dont elle livre les portraits sur son blog personnel : www.allervoirailleurssijysuis.fr

2 Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *